TUNISIE
10/05/2018 13h:40 CET

Souad Abderrahim se déclare indépendante, et s'abstient de se prononcer sur l'égalité dans l'héritage

La candidate est restée évasive sur certains points.

 

Invitée sur le plateau de 24/7 hier sur ElHiwar Ettounsi, la candidate d’Ennahdha, Souad Abderrahim, est revenue sur la polémique suscitée par la course à la tête de la Mairie de Tunis, qui avait divisé la toile depuis l’annonce des estimations plaçant Ennahdha premier parti ayant obtenu le plus de sièges dans cette commune.

La polémique a principalement tourné autour du parcours politique de la candidate, et particulièrement ses anciennes positions à l’égard des libertés individuelles, notamment concernant les femmes célibataires, des déclarations qui avaient reçu de vives critiques.

“Nous nous sommes excusés à ce sujet, mais Il y a eu des interprétations de ces déclarations qui sont allées loin et qui font vraiment mal” a-t-elle ajouté.

Pas d’avis sur l’égalité dans l’héritage

Quant à la proposition de l’égalité dans l’héritage, Souad Abderrahim s’est abstenue d’exprimer sa position, indiquant qu’il s’agit d’un projet de loi qui sera présenté devant l’ARP et discuté, ajoutant qu’elle ne peux se prononcer à ce sujet tant qu’elle n’a pas idée du contenu du projet de loi.

“Je ne suis ni une experte ni une savante de l’Islam, donc je ne suis pas en mesure de donner un quelconque avis, mais ce qui est sûr, c’est que je suis en faveur de l’élargissement des libertés” a déclaré Souad Abderrahim.

Première femme maire?

Concernant la course à la tête de la mairie, l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD) avait appelé, dans un communiqué publié mercredi, les différentes listes qui ont remporté les élections municipales, à honorer leurs engagements envers les Tunisiens et les Tunisiens, en permettant aux femmes d’occuper le poste de maire.

À ce sujet, Souad Abderrahim a déclaré que son accès à la mairie serait non seulement hautement symbolique pour la place de la femme en Tunisie, mais aussi un poste de grande responsabilité muni d’un programme électoral “clair, ambitieux et réaliste” qui se base essentiellement sur la proximité.

Elle a également mis l’accent sur l’environnement et la maintenance de l’infrastructure, qui seraient au cœur de son programme pour la municipalité de Tunis.

Structurellement, je n'appartiens pas à Ennahdha. J'ai réussi à garder mon indépendance. Souad Abderrahim

 

S’agissant de son appartenance à Ennahdha, Abderrahim a précisé qu’elle a toujours gardé son indépendance et qu’elle n’appartient pas aux “structures” du parti.

“Je tiens à préciser que je représente un Mouvement qui fait aujourd’hui la part des choses et sépare la prédication de la politique. Ennahdha parle aujourd’hui d’Islam démocratique et non d’Islam politique” a-t-elle déclaré.

Sur la question du remaniement ministériel mise sur la table depuis quelques mois, Souad Abderrahim s’est déclarée contre ce changement et a estimé qu’il est nécessaire de laisser plus de temps au gouvernement actuel et qu’un remaniement touche à la stabilité politique dont le pays a besoin.

Elle a cependant affirmé qu’elle s’attend à un remaniement partiel.

“Je ne dis pas qu’il faut absolument procéder à un remaniement ministériel parce que je suis pour la stabilité politique et que ce gouvernement a besoin de plus de temps pour réaliser ses projets, mais je m’attend quand même à un remaniement dans les jours à venir” a-t-elle ajouté.

Souhad Abderrahim, avait déjà exprimé son souhait de devenir le premier “Cheikh” femme de la médina de Tunis.

“J’espère avoir l’honneur d’être élue à la tête des 60 membres du conseil municipal de Tunis, et devenir ainsi la première ‘Cheikh’ femme de la municipalité de Tunis” a-t-elle déclaré.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.