TUNISIE
27/05/2019 13h:23 CET

SOS villages d'enfants nie la fermeture de ses villages en Tunisie et appelle à la mobilisation

L'association appelle l'État, les acteurs privés et la société civile à la mobilisation.

sos villages d'enfants Tunisie/FB

Dans un communiqué publié lundi, SOS villages d’enfants a nié l’intention de fermer certains de ses villages en Tunisie alors que l’information avait circulé, la semaine dernière, notamment face aux difficultés financières rencontrées par l’association: “SOS Villages d’Enfants Tunisie affirme qu’aucun village d’enfants SOS en Tunisie n’est sur le point de fermer”.

Chargée de protéger les enfants ayant perdu la prise en charge parentale ou sont à risque de la perdre, l’association a affirmé qu’elle continuera de soutenir les enfants de SOS village mais appelle à la mobilisation des acteurs étatiques et privés afin de “continuer à prendre en charge durablement les enfants”.

“Depuis 2015, la Fédération Internationale SOS Villages d’Enfants - dont SOS Tunisie fait partie - prépare activement 33 Associations Nationales à travers le monde à devenir plus fortes et financièrement plus indépendantes de l’Europe d’ici 2020. SOS Villages d’Enfants Tunisie est parmi ces 33 Associations,
car, sur le continent africain, il a été jugé que le pays présente à la fois de bonnes opportunités de financement locales et une vulnérabilité moins dramatique des enfants” explique l’association qui informe cependant que ces 33 associations nationales continueront de recevoir un appui financier de la Fédération internationale SOS Villages d’enfants grâce ”à des âmes généreuses en Europe qui parrainent les enfants”.

“Cependant, en Tunisie, plus de 60% de nos besoins devront être couverts par
des ressources collectées localement et pour cela, la mobilisation de l’Etat, du secteur privé, et de la société civile sont plus que jamais indispensables pour mener à bien notre mission et nous permettre de continuer à accueillir de nouveaux enfants ayant besoin de familles” conclut SOS villages d’enfants Tunisie.

La semaine dernière, les responsable de SOS villages d’enfants de Mahres avaient tiré la sonnette d’alarme laissant entendre à la possibilité de fermeture de certains SOS villages en Tunisie à cause de problèmes financiers. 

La présidente de l’association des villages d’enfants SOS en Tunisie, Amel Ben Said Kmicha avait qualifié la situation de très critique notamment en l’absence de l’aide de l’Etat qui ne fournit que 1% des besoins de ces villages.

Elle avait déploré la fermeture de 2 unités au village SOS Mahrès, 3 au village SOS Gammarth et 6 au village SOS Siliana, soit la moitié de la capacité d’accueil totale de ces centres, regrettant le silence de la présidence du gouvernement et des ministères de la Femme, des Affaires sociales et des Finances face à cette situation.

Achref Saidi, directeur du village SOS Mahres, avait quant à lui évoqué la possibilité de faire bénéficier le village SOS des conditions d’exonération d’impôts dédiées aux associations à caractère culturel et social, ce qui renforce les ressources de ces centres.

Une campagne baptisée “la marche au mois de Ramadan pour la bonne cause” a été lancée sur le réseau social Facebook pour la collecte de dons. L’objectif est de collecter la somme de 100 mille dinars pour aménager un terrain de foot en faveur des enfants du village SOS de Mahres, a-t-il ajouté.

SOS existe en Tunisie depuis 1981, date du lancement du village de Gammarth. Depuis, trois autres villages ont vu le jour avec l’idée d’une implantation régionale couvrant les différentes régions de la Tunisie. A Akouda, au Mahres et à Siliana, des équipes accueillent des enfants en difficulté sous l’égide d’une structure composée d’un comité directeur, d’une présidente nationale élue, d’une directrice nationale et de directeurs de villages.

LIRE AUSSI:

SOS Village d’enfants Gammarth: Un regard sur le parrainage associatif en Tunisie

SOS- Programme de renforcement familial: “Prévenir les enfants de l’abandon et conserver la chaleur familiale est notre devoir,” annonce Malika Hezzi

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.