TUNISIE
24/07/2018 14h:11 CET | Actualisé 24/07/2018 14h:11 CET

Sondage: La guerre entre Hafedh Caid Essebsi et Youssef Chahed ébranle l'exécutif

La crise de confiance s'enlise entre citoyens et partis politiques

FETHI BELAID via Getty Images

La popularité des deux têtes de l’exécutif n’est pas au mieux, révèle le baromètre politique d’Emrhod Consulting, réalisé du 18 au 20 juillet 2018.

Seulement 22,5% des sondés se sont déclarés satisfaits du rendement de président de la République, Béji Caïd Essebsi, contre 32,3% le mois dernier. Cet écart se creuse davantage dans le sillage de la querelle autour du Chef du gouvernement Youssef Chahed.

En effet, “cette chute de près de 10 points en dit long sur les errements du derniers mois où il n’a pas pu trancher dans le conflit qui oppose son fils Hafedh Caïd Essebsi au Chef du gouvernement Youssef Chahed” déplore le journal le Temps du mardi 24 juillet 2018.

C’est une position, certes, inconfortable pour le président de la République qui a prouvé à plusieurs reprises “sa capacité légendaire de trancher face à tous les problèmes, même au prix de certains sacrifices”, rapporte le journal.

Affichant 32,8% d’opinion favorable, Youssef Chahed s’en sort à peine mieux en récoltant un meilleur score que le président de la République en terme de rendement. Mais au-delà de ce chiffre se cache une toute autre réalité, plus complexe. 

Malgré sa popularité acquise, Youssef Chahed est en train de perdre du terrain. “Le rythme ascendant de la progression du chef du gouvernement a été stoppé net, à la suite de la crise politique qui ne l’a pas épargné et il en a payé le prix fort, avec une baisse de popularité de pas moins de 13,6 points en ne récoltant que 32,8% de satisfaction, après sa montée, au mois de juin, lorsqu’il avait atteint les 48,8%” explique le Temps.

Son différend avec Hafedh Caïd Essebsi, l’appel récurrent à sa démission par la centrale syndicale.. font qu’il se trouve désarmé de soutien politique. “Beaucoup d’eau coulera sous les ponts avant qu’il puisse rétablir l’équilibre, surtout qu’il ne bénéficie, actuellement, que du soutien d’Ennahdha qui risque de le lâcher à tout moment, en contrepartie d’avantages politiques” estime le journal.

Et comme le malheur des uns fait parfois le bonheur des autres. La cote de l’ancien président de la République, Moncef Marzouki, remonte. D’après le sondage, il a effectue une spectaculaire remontée serait la personnalité politique pour qui voteraient les sondés, si l’élection présidentielle avait lieu demain. Avec 6,6%, Marzouki devance le duel de l’exécutif à savoir Youssef Chahed (6,3%) et Béji Caïd Essebsi (5,1%). 

Parmi les belles percées du mois figure celles du journaliste Safi Saïd (3,7%), suivi par Mehdi Jomaa (2,9%) et le couple Abbou. Alors que Rached Ghannouchi (1,8%), Mohsen Marzouk (1,8%) et Hamma Hammami (1,5%) sont à la traine.

Au delà de la personnalité des candidats, c’est surtout l’absence de repères voire le désaveu pour la classe politique dans son ensemble qui est à retenir puisqu’aucun des potentiels candidats à l’élection présidentielle ne dépasse les 7% d’intentions de vote. Un signe qui montre un besoin de renouveau mais qui est aussi inquiétant pour ces candidats potentiels.

Concernant les partis politiques, le rapport de force est sensiblement le même. C’est encore Nidaa Tounes qui se trouve en tête de peloton (15,3%), talonné par  Ennahdha (12,7%) et le Courant démocratique (3,3%). “Mais c’est l’abstention qui est le maître-mot” souligne le Temps. “Les dernières élections municipales ont donné un aperçu clair sur l’état des lieux et cela a été confirmé par les sondages, avec 64,4% de personnes qui ne se prononcent pas” explique la source.

Par ailleurs, 34% des personnes interrogées pensent que le danger terroriste est encore élevé. Tandis que 61,1% considèrent que la situation économique va mal. 

Enfin, dernier paramètre, et pas des moindres, que révèle ce sondage, 32,2% des Tunisiens sont pessimistes pour l’avenir du pays à court terme. 59,7% des sondés se déclarent optimistes. Cependant, pour entre le mois de mai et le mois de juillet, le pourcentage de personnes optimistes pour l’avenir du pays à court terme a baissé de près de 8 points.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.