ALGÉRIE
29/10/2018 11h:37 CET | Actualisé 29/10/2018 12h:10 CET

Sonatrach signe un contrat d'exploration offshore avec Total et Eni, une première

Ramzi Boudina / Reuters
Photo d'archive.

Sonatrach a signé lundi 29 octobre à Alger des contrats d’exploration offshore avec Total et Eni, officialisant un projet pionnier en son genre en Algérie annoncé depuis quelques semaines.

“Nous allons lancé l’exploration offshore avec nos partenaires Total et Eni, c’est une nouvelle ère pour nous”, a déclaré à l’agence Reuters Farid Ghezali, vice-président de Sonatrach lors de la cérémonie de signature.

Ce projet intervient dans un contexte de déclin de la production pétrolière algérienne. La compagnie publique entend booster son output notamment en s’essayant à des ressources jusqu’ici jamais explorées.

Le PDG de la compagnie, Abdelmoumene Ould Kaddour, a déclaré auparavant que les régions qui intéressent Sonatrach en matière de forage offshore se situent au large d’Oran et de Béjaïa. 

Selon l’agence APS, la partie orientale de l’offshore algérien sera opérée avec ENI sur une superficie de 14.965 km², alors que la partie occidentale sera opérée avec Total sur une superficie 9.336 km².

Les opérations porteront sur l’acquisition de données sismique 3D, le traitement sismique et leurs interprétations, ainsi que le forage d’un puits d’exploration dans chacune des deux zones.

Outre ce contrat, la compagnie a signé deux autres accords. Un, avec Total également, permettra d’identifier de nouvelles opportunités de projets dans le domaine des énergies renouvelables, notamment des projets ayant des capacités allant de 12 MWp à 110 MWp qui seront étudiés sur des sites de Sonatrach.

Le dernier contrat, entre Sonatrach et Eni, porte sur la cession à ce groupe italien de 49% des intérêts de Sonatrach sur les trois périmètres de recherches Zemlet Elarbi, Sif Fatima et Orhoud II.