ALGÉRIE
08/10/2018 11h:24 CET

Sonatrach et Total renforcent leur coopération dans le gaz et la pétrochimie

Les deux groupes ont signé hier à Alger un accord portant sur la réalisation des investissements nécessaires à la valorisation des réserves du champ d’Erg Issouane (permis TFT Sud), ainsi qu’un pacte d’actionnaires pour une joint-venture qui sera en charge d’un projet pétrochimique commun à Arzew

Ramzi Boudina / Reuters

Sonatrach et Total ont signé hier à Alger deux nouveaux accords. Le premier est un contrat d’exploitation pour le développement du périmètre Tin Foyé Tabankort Sud, où le groupe français, avec 49% des parts, est le « partenaire historique » du groupe pétro-gazier public algérien (51%). Le second accord est un pacte d’actionnaires pour une joint-venture avec Total Entreprise Polymères.

Les accords ont été signés par Abdelmoumene Ould Kaddour, le PDG de Sonatrach et son homologue PDG de Total, Patrick Pouyanné.

Selon un communiqué du groupe français, aux termes du premier accord - également cosigné par l’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (ALNAFT) -, il s’engage à réaliser avec son partenaire « les investissements nécessaires à la valorisation de réserves du champ d’Erg Issouane situé sur le permis TFT Sud ».

Ces réserves sont estimées à plus de 100 millions de barils équivalent pétrole (bep), ajoute le communiqué selon lequel l’investissement envisagé est de l’ordre de 400 millions de dollars et le développement sur ce permis « sera relié aux installations de traitement de gaz existantes du champ de TFT par un gazoduc de 22 kilomètres ».

La mise en production du projet est prévue fin 2021, et les deux partenaires ont également signé un accord de commercialisation du gaz produit, précise encore Total.

Concernant le second accord, le communiqué indique que la joint-venture pour laquelle a été signé le pacte d’actionnaires sera en charge du projet pétrochimique commun à Arzew, dans l’Ouest algérien (Sonatrach 51% et Total 49%). Ce projet, rappelle-t-il, comprend une usine de déshydrogénation de propane et une unité de production de polypropylène d’une capacité de 550.000 tonnes par an.

Pour rappel, à l’issue de la signature de ces deux accords, le PDG de Sonatrach Abdelmoumene Ould Kaddour a annoncé qu’un contrat devrait être signé e fin 2018 par le groupe algérien et deux sociétés turques pour la construction d’une unité de production de propylène en Turquie. La part de Sonatrach dans ce projet, a-t-il expliqué, sera de 30%, et c’est elle qui fournira le propane pour cette usine.

Ce projet en Turquie est le deuxième grand investissement à l’international de Sonatrach après l’acquisition d’une raffinerie italienne d’ExxonMobil en mai 2018.