MAROC
26/06/2019 12h:43 CET

Sommet Manama: Le Groupe d’action nationale pour la Palestine condamne la participation du Maroc

L'association appelle le Maroc à "se retirer immédiatement".

- via Getty Images

SOMMET MANAMA- La décision du Maroc déçoit. Faisant partie des initiateurs de la marche nationale du 23 juin “contre toute participation du royaume officiellement ou officieusement” au sommet, qui se tient actuellement à Manama (Bahreïn), les 25 et 26 juin, le Groupe d’action nationale pour la Palestine a déclaré “son refus catégorique” de voir le Maroc prendre part à cette rencontre. Qualifié de “complot” visant à “conclure le deal du siècle”, ce sommet, pour l’association, ne représente ni plus ni moins qu’“une trahison envers la cause palestinienne”.

Une réaction qui survient au lendemain de l’annonce faite par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (MAECI), qui affirme la présence du Maroc aux travaux de “l’Atelier sur la paix et la prospérité”, répondant ainsi favorablement “à l’invitation des gouvernements du Royaume du Bahreïn et des États-Unis d’Amérique”. C’est un cadre du ministère de l’Economie et des Finances, et non un ministre, qui y représente le Maroc.

La diplomatie marocaine a, par ailleurs, tenu à préciser que cette participation se “fait sur la base de la position constante et inchangée du Royaume du Maroc, en faveur d’une solution de deux Etats, vivant côte à côte dans la paix et la stabilité, garantissant l’instauration d’un Etat palestinien indépendant, souverain et viable, dans les frontières du 4 juin 1967, ayant Jérusalem Est comme capitale”.

Pas du tout convaincu, le Groupe d’action trouve cette position “ambiguë”, car annoncée ”à quelques heures à peine du coup d’envoi de l’atelier”, dit-il dans un communiqué publié hier soir. “Cela démontre l’instabilité de la politique nationale centrale”, estime l’ONG, soulignant “l’aspect impopulaire et non démocratique” de cette participation, qui est “complètement indifférente à la position du peuple marocain lors de cette marche”.

“Nous dénonçons vivement cette indifférence des autorités marocaines envers la position des Marocains et nous appelons les responsables à se retirer de l’atelier de la trahison au Bahreïn immédiatement”, revendique l’ONG dans son communiqué. Et d’estimer que l’absence de la Palestine et le boycott de son autorité nationale de cet atelier représente “une condamnation contre toute participation” qui devra, pour l’ONG, “rendre des comptes aux peuples”.

S’opposant à “toute normalisation des relations avec l’entité sioniste” quelle qu’en soit la nature, cette association exprime également sa crainte de voir l’administration Trump chercher à instaurer un agenda économique pour en “finir avec le dossier de la Palestine”. “Nous appelons le peuple marocain à plus de mobilisation, de veille et à poursuivre son militantisme contre les projets sionistes”.