ALGÉRIE
05/09/2019 15h:13 CET | Actualisé 05/09/2019 15h:56 CET

Comparution des détenus d’opinion: les citoyens venus en nombre pour soutenir les familles

La voix des citoyens solidaires avec les familles des détenus d’opinion a empli la rue de la Liberté, adjacente au tribunal de Sidi M’Hamed, au quartier Abane Ramdane, à Alger, où un rassemblement s’est tenu dès le matin. Ils sont venus par centaines dénoncer une justice “arbitraire” et exiger la libération immédiate de tous les détenus, et particulièrement les quatre qui comparaissaient devant le juge d’instruction ce jeudi.

Parents, militants, avocat et citoyens étaient tous au rendez-vous auquel a appelé le comité national pour la libération des détenus d’opinion. Ils ont occupé la rue de la Liberté à proximité de l’entrée arrière du tribunal de Sidi M’Hamed pour voir l’arrivée du fourgon des détenus. Un cordon policier les séparait du tribunal.

La voix de la foule, qui scandait “relâchez les prisonniers, ils n’ont pas vendu de la cocaïne” raisonnait dans toute la rue. Un citoyen lance avec ironie, “on saura si la rue de la liberté va bien porter son nom aujourd’hui, tout dépendra du verdict”. 

Les familles, qui portaient les portraits de leurs enfants, criaient à plein poumon l’injustice qu’ils subissent depuis des mois. “Rendez-nous nos enfants, ce ne sont plus des détenus, mais des otages de ce système”, dénonce la sœur d’un détenu arrêté pour port du drapeau Amazigh.

La foule grandissait au fil des heures et les voix continuaient à s’élever. Infatigables, les manifestants n’ont pas cessé de scander des slogans hostiles à la justice et au chef de l’état-major. Un moyen de pression selon un citoyen qui apportera forcément ce fruit.

“Je n’aimerai pas être à la place de ces juges, ils sont dans la même situation que ces détenus qui comparaissent devant eux aujourd’hui. Ce sont des prisonniers également. Ils exercent une justice injuste et c’est le pire”, dénonce un citoyen.

Les parents des détenus, le visage miné, tentent de se soutenir dans cette adversité qui les a réunis. Ils se sont déjà rencontrés à la prison d’El-Harach, lors des visites de leurs enfants.

Ils se disent réconfortés par cet élan de solidarité, et saluent le courage des citoyens. ”Ça m’a fait chaud au cœur de voir autant de monde ce matin en arrivant. Des amis à mon fils, ses collègues et d’autres citoyens sont venus nous soutenir dans cette épreuve. Le sort de nos enfants est aussi entre les mains de cette mobilisation. C’est un moyen de pression qui apportera ces fruits tôt ou tard”, confie avec beaucoup d’espoir la maman d’un détenu.

Après plusieurs heures d’attente, le fourgon des détenus ressort du tribunal de Sidi M’Hamed pour les reconduire à la prison d’El Harrach. L’attente est prolongée pour les proches, le juge n’a pas encore prononcé sa décision.

La promesse des citoyens de continuer à prêter main-forte aux détenus d’opinion ne faiblit pas. Le rassemblement de soutien de ce jeudi démontre la détermination des citoyens à établir une justice libre et indépendante.