ALGÉRIE
24/06/2018 14h:53 CET

Smart city, l’opportunité au-delà du challenge

DR

Souvent décrit comme utopique, le concept de smart city (ville intelligente) que l’on ne présente plus, ne cesse de faire rêver. Prenez un instant et imaginez des villes algériennes plus propres, plus sûres mais surtout plus facile à vivre. Des villes où l’on pourra facilement prédire les besoins des citoyens, mais aussi prédire les éventuels risques qu’encourt la ville à travers une analyse préalable des données récoltées. Nous sommes d’accord, cela serait exceptionnel.

En Algérie comme ailleurs, les villes sont confrontées à des défis persistants dans différents secteurs en matière de consommation énergétique, durabilité environnementale, sécurité des citoyens, gestion du trafic, vulnérabilité aux catastrophes et conditions climatiques changeantes et bien d’autres. Ces défis accélèrent le besoin de nouveaux modèles de gestion des villes afin d’améliorer le rendement et la qualité de vie dans ces dernières.

En effet, les exigences d’urbanisation, de durabilité économique, sociale et environnementale exercent une pression croissante sur l’infrastructure des villes. Ces dernières nécessitent un changement de paradigme vers des modèles opérationnels et de gestion des centres urbains, en adoptant de nouvelles technologies que l’on pourrait aisément qualifier de technologies “intelligentes” afin de créer un environnement de vie durable pour leurs citoyens.

Un changement radical ?

Pas exactement, disons plutôt une mutation. Une mutation où nos routes, bâtiments, lampadaires… deviendraient… intelligents ! Mais avant ça, d’importantes quantités de données doivent êtres générée grâce à quelques millions de capteurs qui seront déployés pour mesurer et communiquer ces données à des plateformes qui pourront ensuite agréger et traiter toutes ces informations puis les utiliser pour prendre (ou proposer) des décisions à des vitesses dépassant la capacité humaine.

Des challenges à surmonter

Les défis qu’attendent les villes doivent plutôt être traduits en opportunités pour ces dernières d’adopter de nouvelles technologies, afin d’améliorer l’efficacité des opérations urbaines. L’Internet of Things en plein essor sera au cœur des villes intelligentes et ouvrira des possibilités illimitées avec des enjeux économiques importants, impliquant aussi diverses exigences avec des implications directes sur l’infrastructure IT de la ville.

Ces exigences varient en termes de volume de données, de débit, de nombre d’appareils et de modèles de communications pour le transfert des données.

En retour, cela exige de ces villes la nécessité de disposer d’une infrastructure robuste et flexible pour prendre en charge un large éventail d’applications qui seraient mis en œuvre dans le cadre d’une mutation vers la ville intelligente. 

Pourquoi ne pas copier des modèles existants ?

Disons plutôt s’inspirer des modèles existants. Les concepts et modèles de villes intelligentes sont aussi divers que les villes elles-mêmes, et comme vous pouvez vous en douter, chaque ville est unique. Le mieux pour une ville serait de concevoir son propre modèle pour répondre à des attentes spécifiques à cette dernière.

Cependant, on peut discriminer deux grands sentiers dans les modèles de villes intelligentes, certaines approches sont axées sur l’utilisation de la technologie tandis que d’autres mettent l’accent sur l’aspect social. Bien que différentes, elles ont toutes un but commun, celui d’ajouter continuellement des briques au concept de la ville intelligente.

Les nouvelles technologies doivent être évaluées en fonction de l’impact qu’elles ont pour l’intérêt public, les idées intelligentes à mettre en œuvre, nécessitent quant à elles une participation active du public.

Par ailleurs, il est aussi important de noter que des compétences doivent être acquises pour manipuler ces nouveaux outils, notamment en ce qui concerne la gestion et la sécurité des données, pour enfin développer des synergies entre les systèmes afin que des solutions puissent être trouvées, pour que les villes intelligentes puissent offrir un environnement qui vaut la peine d’être vécu par tous.

Cependant, des décisions intelligentes doivent être prises à un niveau stratégique, car si les villes veulent devenir intelligentes, il leur faudra bien plus que des projets individuels mais des décisions soignées pour desrésultats à long terme. Ainsi, les villes algériennes qui cherchent à prospérer doivent être encouragées à investir dans la création d’applications intelligentes, sécurisés et durables à travers des infrastructures de TIC évolutive, partagée et sécurisée.

Enfin, considérer les villes comme des systèmes entiers peut les aider à atteindre leur objectif ultime de devenir intelligent.

Un rendez vous à ne pas rater !

Alger accueillera les 27 et 28 juin prochain au niveau du centre international de conférence (CIC) un sommet international des villes intelligentes 2018, dédié aux nouvelles technologies et stratégies d’investissement et qui réunira en plus des experts locaux, des professionnels internationaux ayant participé à la conception de villes intelligentes de par le monde, plus de 4000 participants sont attendus.