MAROC
21/04/2019 12h:31 CET

Site archéologique de Lixus: Ouverture officielle au public

La plus ancienne métropole du royaume est étalée sur une superficie de 62 hectares.

AFP via Getty Images

ARCHÉOLOGIE - Comme annoncé, le site archéologique de Lixus, à l’embouchure de Oued Loukkos, près de Larache, s’est ouvert au public, hier. Le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laâraj, a présidé une cérémonie, à l’occasion, donnant ainsi le coup d’envoi officiel du centre d’interprétation de ce site historique.

Qualifié de la plus ancienne métropole du royaume, mais aussi de l’un des plus anciens centres urbains de la Méditerranée occidentale, le site mérite l’intérêt que lui accorde désormais en priorité le Maroc. Selon Laâraj, l’importance de ce site “nous place devant une grande responsabilité qui requiert une approche appropriée pour préserver son authenticité au profit des générations futures”. Il a estimé, à l’occasion, que l’inauguration de ce site “ouvre une nouvelle ère dans la gestion des sites archéologiques”.

Et celle-ci consiste à ne ménager aucun effort pour redonner à ce patrimoine ses titres de noblesse “sans le lier uniquement à une vision économique”, a-t-il précisé, soulignant que les expériences pionnières d’autres pays démontrent que la protection et la réhabilitation du patrimoine culturel peut contribuer à la réalisation d’une grande partie des Objectifs du développement durable (ODD). “Le patrimoine archéologique et culturel constitue une source renouvelable qu’il faut préserver et gérer avec finesse”, a-t-il affirmé dans son intervention relayée par la MAP.

Valorisation, c’est à cela que tient la volonté du département de la Culture envers ce site appelé à devenir “un centre de rayonnement culturel”, a assuré Laâraj, soulignant que cette finalité dépend surtout de l’adoption d’une “approche nouvelle basée sur des principes directeurs clairs qui tiennent compte du devoir de préservation”. 

Le département de la Culture compte ainsi lancer une consultation nationale sur le patrimoine culturel afin de “recueillir et analyser les conceptions, aux niveaux central, régional et local, avec la participation de tous les acteurs”. L’objectif étant de mieux gérer le patrimoine au diapason de l’évolution mondiale dans ce domaine.

“Notre travail au site Lixus n’est pas terminé. Ses composantes archéologiques et ses potentialités économiques sont, en effet, à même de lui valoir une consécration internationale de la part de l’UNESCO”, a estimé le ministre, indiquant qu’un programme de fouilles doté d’un budget annuel sera mis en place pour mettre la lumière sur les trésors de valeur archéologique et historique du site.

L’ouverture du centre d’interprétation du site de Lixus a été marquée par le vernissage d’une exposition photos du site et d’objets archéologiques découverts dans ce lieu. Selon un communiqué du ministère relayé par la MAP, cela permettra de faire connaître l’histoire de cet ancien centre. Étalée sur une superficie de 62 hectares, la métropole Lixus a été construite par les commerçants phéniciens au VIIIe siècle avant J.C. et était active pendant près de 22 siècles durant lesquels son existence a traversé les temps et les époques.