ALGÉRIE
14/03/2019 15h:44 CET | Actualisé 14/03/2019 17h:07 CET

Sit-in des personnes handicapées à Alger : "On existe et on ne veut plus de vous"

Sit-in à Alger des personne handicapées ce 14 mars à l'occasion de la journée nationale des handicapés.

Huffpost Algérie

“20 ans de marginalisation et sans dignité, ça suffit”. C’est en ces termes que les personnes à besoins spécifiques ont exprimé “leur refus au maintient du pouvoir en place” lors d’un sit-in organisé ce 14 mars à l’esplanade de la Grande-Poste à l’occasion de la journée nationale des handicapés.

Seuls ou accompagnées d’un proche parent, plusieurs centaines de personnes à mobilité réduite ont répondu ce 14 mars à l’appel de l’association d’aide aux handicapés “Al Amal”, pour une marche pacifique à la fois pour “participer au mouvement national de contestation” et de dénoncer “l’abandon de l’État à cette catégorie sensible de la société”, indique la présidente de l’association “Al Amal”, Hyzia Rezuig.

Les adhérents de l’association “Al Amal”, ainsi que d’autres personnes à besoins spécifiques et leurs familles ont entamé une marche depuis le siège de l’association à Bab-El-Oued vers le Grande-Poste à Alger où ils ont tenu un sit-in, avant de retourner au siège de l’association.

Sur leurs pancartes, on peut lire “On ne veut pas du ministère de la solidarité”, “Des voleurs vous avez bafoué les droits des handicapés” ou encore “4000 dinars une pension dérisoire qui ne suffit pas”.

Khaled est adhérent de l’association. Il souffre depuis qu’il a 5 ans d’une polio. Il dit que cette journée nationale des personnes handicapées “nous rappelle seulement que nous n’avons pas de place dans cette société”.

Il déplore en premier lieu la pension dérisoire des personnes handicapées à hauteur de 4000 dinars. Il se dit que l’association se bat depuis des années afin que celle-ci soit revalorisée mais en vain. “4000 dinars permettant à peine à acheter les couches pour adultes”, précise-t-il.


Khaled participe depuis son adhésion à l’association “Al Amal” aux caravanes d’aide aux personnes handicapées à travers le pays organisé régulièrement. Il qualifie la situation des handicapés dans les différentes villes “désastreuse”.

La vie au quotidien pour les personnes atteintes d’un handicap en Algérie est semée d’embuches, c’est “la double peine” dit un monsieur sur chaise roulante. Il déplore l’état des routes qui ne sont pas adaptés aux handicapés, les immeubles sans ascenseurs ni rampe, le manque de véhicules aménagé et bien d’autres difficultés.

La présidente de l’association “Al Amal”,  Hyzia Rezuig, affirme que les fonds de l’association viennent totalement de donneurs bénévoles. Elle estime que la tutelle à savoir le ministère de la solidarité Nationale de la Famille et de la condition de la Femm “n’apporte aucune aide aux personnes à mobilité réduite”. Elle ajoute que cette catégorie de la société a de tout temps été “livrée à elle-même”.

“On existe et on ne veut plus de vous”, résume Khaled les revendication des personnes à besoins spécifiques présents au sit-in ce matin. Ils seront également de la partie vendredi, promet-il.