TUNISIE
03/01/2019 18h:07 CET | Actualisé 03/01/2019 18h:07 CET

Sihem Ben Sedrine répond aux propos du chef du Gouvernement

Elle accuse Youssef Chahed d'avoir tenté d'influencer le travail de l'Instance

La présidente de l’Instance Dignité & Vérité, Sihem Ben Sedrine, persiste dans ses accusations dirigées à l’encontre de l’Etat, et plus particulièrement le ministre des Domaines de l’État et des Affaires foncières, ainsi que le Chargé général des litiges de l’État, qui auraient selon elle volontairement entravé le processus de restitution de l’argent et des biens spoliés. “Ce comportement est motivé par des calculs politiques.” a-t-elle déclaré lors de son intervention sur les ondes Shems FM.

“Ces parties n’étaient pas indépendantes, et servaient les intérêts de certains.” a ajouté Ben Sedrine.

Elle affirme que sans ces blocages, les montants restitués auraient atteint des milliers de millions de dinars, au lieu des 740 millions annoncés, un chiffre qui reste contesté par certains, notamment par l’Ex-ministre des Domaines de l’Etat, Mabrouk Kourchid.

Lors de sa dernière interview télévisée, Youssef Chahed avait considéré que l’Instance avait échoué dans sa mission, et que la justice transitionnelle n’a pas abouti, estimant que l’Instance et sa présidente ont été politisées.

En réponse à ces propos, Ben Sedrine estime que le chef du Gouvernement a fortement contribué à la politisation de l’Instance, en invitant la présidente du bureau de la justice transitionnelle d’Ennahdha, pour discuter du fonds Al Karama.

Elle affirme par ailleurs que Youssef Chahed n’a cessé de prendre comme vis-à-vis la présidente du bureau de la justice transitionnelle d’Ennahdha, alors que l’Instance le sollicitait régulièrement.

“Je lui attribue la responsabilité. Il a négocié avec Ennahdha au sujet du travail d’une Instance sensée être indépendante de tous les partis politiques. J’aurais souhaité que vous collaboriez avec l’Instance dans un cadre institutionnel” a-t-elle ajouté s’adressant au chef du Gouvernement, soulignant que tous les partis politiques, sans exception, ont essayé d’influencer le travail de l’Instance.

Les processus de la justice transitionnelle consistent en la découverte de la vérité, la réparation du préjudice, la présentation d’excuses, et la réconciliation. Interrogée au sujet du processus d’excuses, Ben Sedrine explique que c’est à l’État de présenter ses excuses à la population, selon ce qui est dicté par la loi. Ainsi, Ben Sedrine affirme que c’est donc du ressort du président Béji Caid Essebsi de présenter des excuses officielles aux victimes.

Ben Sedrine a également déclaré que la dépense des indemnisation a commencé, et que celle-ci suit un ordre décroissant par âge. Ainsi, les anciennes victimes seront indemnisées en premier, et ce jusqu’aux victimes de la révolution. 

S’agissant de l’archive de l’IVD, la présidente de l’Instance déclare que celle-ci sera triée et remise à l’archive nationale. Elle affirme par ailleurs qu’une partie de l’archive présidentielle a disparu.

“Lorsque je trouverai plus de temps, dans 2 ou 3 ans, j’écrirais un livre sur les innombrables rumeurs colportées à l’encontre de l’Instance.” déclare Ben Sedrine.

Pour Ben Sedrine, le processus ne doit pas se terminer avec les travaux de l’Instance: “C’est à la société civile de terminer le processus” a-t-elle dit, affirmant que la liberté d’expression doit pouvoir alerter les dirigeants du pays sur ce qui ne va pas dans le pays afin qu’ils puissent enfin apporter les réformes nécessaires.

L’Instance Vérité et Dignité, avait tenu sa conférence de clôture de ses travaux les 14 et 15 décembre dernier. Créée par la loi organique 2013-53 du 24 décembre 2013, relative à l’instauration de la justice transitionnelle et à son organisation, l’Instance a été chargée de recenser et d’indemniser les victimes des abus des régimes de Ben Ali et Bourguiba. Son activité couvre ainsi, l’ensemble de la période comprise entre le 1er juillet 1955 et la date de promulgation de cette loi.

La durée de son travail a été délimitée à quatre ans, à compter de la date de nomination de ses membres, renouvelable une fois pour une seule année.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.