MAROC
08/08/2019 14h:40 CET | Actualisé 08/08/2019 14h:44 CET

"Shortgate": l'association belge décide de ne plus envoyer de bénévoles cet été

Une recommandation émise suite aux récentes déclarations appelant à la mise à mort de jeunes bénévoles belges.

FAITS-DIVERS - Plus aucune équipe de bénévoles de l’association flamande Bouworde ne sera envoyée cet été au Maroc. Cette décision, prise par l’association elle-même, a été annoncé hier suite à des échanges entre l’équipe associative et l’ambassade de Belgique à Rabat, rapporte le média belge LaLibre.be.

Mardi, la DGSN a interpellé un jeune instituteur originaire du nord du Maroc, pour avoir publié sur Facebook un article appelant à la décapitation de jeunes bénévoles belges qui travaillaient en short sur un chantier dans le sud du pays. 

L’association Bouworde, qui avait envoyé ces jeunes filles dans le village d’Adar, près de Taroudant, s’est entretenue auprès de l’ambassade belge pour s’assurer de la sécurité de ses bénévoles.

Si l’ambassade a estimé que le groupe ne courait aucun danger, elle a tout de même conseillé “de ne pas envoyer de nouveaux groupes (de bénévoles) au Maroc”, raconte, au média belge, Karen Heylighen, porte-parole de l’association, qui a d’ores et déjà annoncé que Bouworde allait suivre ce conseil.

Compte tenu des circonstances, l’association permet à ses jeunes actuellement présents sur place de rentrer plus tôt que prévu en Belgique. Seuls trois des 37 bénévoles auraient exprimé ce souhait, alors qu’un nouveau groupe de bénévoles devait normalement partir samedi pour le Maroc. Bouworde a annoncé de son côté chercher d’autres solutions à proposer à ses bénévoles.