TUNISIE
03/04/2018 16h:03 CET | Actualisé 03/04/2018 16h:47 CET

"Shitholes": L'exposition qui s'intéresse aux "pays de merde" dont la Tunisie

Dans l'idée d'endiguer les préjugés liés à ces pays, l'exposition permettra notamment de révéler la créativité d'artistes tunisiens, marocains ou encore algériens aux États-Unis.

Mourad Ben Cheikh
Mourad Ben Cheikh (Tunisie)

Shitholes” (traduisible en français par “merdier”) c’est l’étonnant intitulé de la première exposition présentée par le concept de galerie éphémère Le Chapeau Project, à Philadelphie aux États-Unis le 28 septembre 2018.

Sous le thème des “shitholes”, la galerie exposera les œuvres d’artistes venus d’une quinzaine de pays tels que la Tunisie, le Maroc, le Mexique, le Kenya, le Rwanda, l’Uganda et Haïti. 

L’appel à candidature pour participer à l’exposition reste actuellement ouvert, jusqu’au 31 mai prochain, à toute personne venant d’un “pays de merde” et désireuse de montrer son travail.

Les artistes Tunisiens Seif Eddine Nechi et Mourad Ben Cheikh font d’ores et déjà partie des artistes qui seront exposés.

Seif Eddine Nechi

Derrière la manifestation “Shitholes” se cachent la jeune Tunisienne Fatène Ben-Hamza, qui partage actuellement sa vie entre la Tunisie et le Maroc, et l’Américain Steve Garguilo basé quant à lui au Mexique. 

Les fondateurs, qui vivent tous deux dans des régions de fortes migrations que certains qualifient de “shitholes” (pays de merde), se sont unis pour changer cette perception négative se propageant de par le monde en mettant justement en avant le brillant travail de nombreux artistes originaires de ces “shitholes”.

Steve Garguilo / Fatene Ben Hamza

“Nous pensons que l’art est le meilleur moyen d’exprimer la réalité de ces endroits appelés shitholes”, explique Steve Garguilo au HuffPost Tunisie.

“Beaucoup de gens en ont marre des remarques faites ces dernières années. On peut se plaindre, passer des coups de gueule sur Facebook mais cela ne change pas forcement les choses. Ce que Faten et moi souhaitions c’est pouvoir établir un dialogue, réunir un certain nombre de gens qui partagent la même frustration et l’expriment à travers l’art”, poursuit-il. 

Le Chapeau Project invite ainsi les artistes du monde entier à participer avec leurs œuvres à cette unique journée d’exposition. “Nous avions dans l’idée, avec Faten, de tirer notre chapeau aux différentes personnes et artistes qui nous inspirent. Notre objectif est d’organiser différentes expositions dans différents endroits”.

Mourad Ben Cheikh
Mourad Ben Cheikh (Tunisie)

Et si le duo a choisi d’implanter ce premier événement aux États Unis ce n’est pas non plus un hasard. Pour Steve Garguilo c’est particulièrement ici que “les gens devraient mieux connaître les réalités de ces endroits considérés comme des pays de merde”.

En plus de contrer l’image trop souvent négative dont est victime une trop large partie du globe, “Shitholes” représente aussi une chance pour certains artistes de pouvoir exposer leurs travaux aux États Unis. “Parmi les artistes tunisiens que nous avons déjà recueillis, aucun n’a encore exposé aux aux États Unis, ils sont donc très enthousiastes à cette idée!”, se réjouit Fatène Ben-Hamza.  

 

conversations