MAROC
01/03/2019 16h:15 CET

Shayfeen et MADD partent en tournée européenne avec le collectif NAAR

Un album est aussi en cours de préparation.

Shobeeshayfeen/Instagram
Shobee, MADD et Small X.

MUSIQUE - Cap sur l’Europe. Après un documentaire qui a conquis plus de 2 millions de téléspectateurs, le groupe de rap marocain Shayfeen va bientôt s’envoler pour une tournée européenne en compagnie de MADD, un des (t)rappeurs les plus brillants de sa génération. Porté par le collectif NAAR, le “SAFAR Tour” s’arrêtera, dans un premier temps, dans quatre pays européens.

Shayfeen et MADD enflammeront d’abord le festival Les Paradis Artificiels de la plus grande ville du nord de la France, Lille. Ils monteront sur scène le 27 mars en compagnie du rappeur français Nelick. Le lendemain, ils rejoindront leur acolyte El Grande Toto à Liège, en Belgique. Le 29 mars, retour dans la capitale française où ils avaient déjà mis le feu à La Bellevilloise en avril 2018 avec “Wach Kayn Maydar”, “3dabi” et tous leurs meilleurs titres.

Cinq jours plus tard, le 3 avril, c’est devant le public néerlandais qu’ils se produiront. Ils seront à Amsterdam, avant de s’envoler pour la capitale Belge le lendemain où ils trouveront, une nouvelle fois, El Grande Toto.

Le 7 avril, Shayfeen et MADD rentreront en France pour un concert au festival Chorus de Boulogne. De là, ils traverseront la frontière le 11 avril jusqu’en Suisse (Yverdon) et rejoindront le jeune rappeur COMME1FLOCON. La dernière date prévue pour le moment se fera le 12 avril en compagnie de Laylow, pour un “Money Call” en live.

“Une des premières pour le rap marocain”

Cette tournée, le collectif NAAR et les artistes la préparent depuis plus d’un an. Et “c’est une des premières pour le rap marocain”, comme le dit si bien à notre rédaction Shobee, la moitié du groupe Shayfeen. “On est prêts. On la travaille depuis un an et demi. C’est rassurant qu’on ait réussi à en arriver là”, dit-il.

Presque un an avant les premières dates de la tournée, ils avaient conquis le public parisien à La Bellevilloise. Un avant-goût de ce qui les attend avec le “SAFAR Tour”. ”Ça confirme les choses, assure Shobee. C’était fou. On avait fait presque trois heures de show, un sold-out à Paris pour une première”, se rappelle-t-il. “C’était ultra puissant parce qu’il y avait beaucoup de Marocains qui sont parfois isolés et qui se retrouvent au concert d’artistes qu’ils adorent. Mais il y avait aussi beaucoup de Français curieux”, ajoute Mohamed Sqalli, l’un des fondateurs du collectif NAAR.

Pour cette tournée, le collectif a choisi les villes en fonction de l’intérêt local et des salles. “On retrouve notamment des villes où il y a une communauté marocaine même si notre ambition n’est pas de remplir la salle de Marocains.” Avec ces concerts, NAAR répond d’abord à une demande, celle d’une jeunesse marocaine éparpillée en Europe et qui ne se reconnaît pas toujours dans ce qu’on lui propose. Sur les réseaux sociaux, Shayfeen, MADD et tous les autres sont souvent interpellés par leurs fans étrangers, leur demandant de venir pour un concert chez eux. Ils seront bientôt servis. 

Avec le “SAFAR Tour”, les trois rappeurs marocains vont aussi continuer leur route vers la conquête de l’étranger. C’est là tout l’objectif de NAAR: mettre sur le même pied d’égalité les artistes marocains et les artistes étrangers et surtout, “banaliser le fait qu’il y ait des artistes marocains qui fassent carrière en Europe. Il faut qu’on arrête de se dire ’c’est incroyable, ils sont Marocains’”, rappelle Mohamed Sqalli. 

“C’est quelque chose de long à faire mais on y arrive progressivement”, souligne le fondateur du collectif. Preuves en sont les trois clips produits par NAAR et postés sur sa chaîne YouTube: seulement 60% des vues viennent du Maroc. “C’est très positif parce qu’avant, c’était 90-95%. Cela veut dire que notre pari va dans le bon sens”.

“L’ambition de valoriser les artistes marocains”

“Les artistes avec qui on travaille sont ceux qui croient vraiment en leur chance d’exportation. Ils y croyaient déjà avant, je pense qu’ils y croient encore plus depuis qu’on est sur ce marché-là, parce qu’il y a beaucoup de choses qui se sont concrétisées pour eux déjà”. 

L’idée de créer NAAR, est venue dans la tête de Mohamed Sqalli, directeur créatif, et Ilyes Griyeb, photographe, il y a un an et demi. Ils sont partis du constat qu’il y avait énormément de freins à l’expansion des artistes venus du sud en général, et des artistes marocains en particulier. “Ils rencontrent de nombreuses limites quel que soit leur talent. Les limites économiques d’abord, puisqu’il faut un minimum de moyens pour pouvoir exprimer son talent à l’étranger, avoir l’opportunité de voyager... Et les limites administratives aussi, parce que pour voyager, il faut un visa. Le passeport marocain ne vaut rien et on n’est pas toujours soutenu par les autorités”, souligne le directeur créatif. Aujourd’hui, les choses bougent et les millions de vues s’accumulent grâce au collectif. 

Un album à venir

Parallèlement à la tournée “SAFAR Tour”, NAAR travaille sur un autre projet: un disque de rap qui réunit des collaborations entre artistes marocains et artistes internationaux (label Def Jam).

La tracklist n’est pas encore dévoilée mais Mohamed Sqalli a bien voulu révéler quelques noms. On retrouvera, bien évidemment, Shayfeen et MADD pour le Maroc. Pour l’international, Dosseh, Laylow ou encore Hornet La Frappe, avec qui le collectif va bientôt sortir un clip en featuring avec Shayfeen. “Sur l’album, on retrouvera 32 artistes, 23 interprètes et 9 beatmakers de 9 nationalités différentes. On espère le sortir pour le mois d’avril”. En attendant, rendez-vous en Europe qui accueillera, pendant quelques jours, le rap marocain à son apogée.