ALGÉRIE
24/07/2018 13h:29 CET | Actualisé 08/11/2018 19h:51 CET

Sétif est la wilaya qui produit le plus de lait en Algérie

La production algérienne de lait a beaucoup augmenté ces dernières années mais reste insuffisante

yadamons via Getty Images

La production algérienne de lait a atteint en 2017 un volume total de 3,52 milliards de litres pour des besoins nationaux estimés à4,5 milliards de litres/an.

Avec une production de 287,325 millions de litres, Sétif a été, en 2017, la plus grande wilaya productrice de lait à l’échelle nationale. C’est ce qu’indique un communiqué du ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche rapporté par Algérie Presse Service et selon lequel la production laitière algérienne a atteint, l’année passé, 3,52 milliards de litres.

Sétif, une wilaya à vocation agricole par excellence, est suivie, mais de loin, des wilayas de Tizi Ouzou (178,785 millions de litres de lait) et de Sidi Bel Abbes (167,178 millions).

Selon le communiqué du ministère de l’Agriculture, en 2017 la production nationale de lait était composée à 73% de lait de vache totalisant 2,58 milliards de litres.

La production a augmenté mais reste insuffisante

La production algérienne de lait a beaucoup augmenté ces dernières années : en 2009, elle ne dépassait pas 1,584.milliards de litres, soit moins que la moitié de la production de l’année 2017. Elle demeure, cependant, insuffisante pour satisfaire les besoins locaux, que le président de la Chambre nationale d’agriculture, Doubi Bounoua, a estimés en février 2017 à 4,5 milliards de litres.

Le pays, qui importe une partie appréciable de sa consommation, fait face, de façon régulière, à des pénuries de lait subventionné en sachet, largement consommé et réservé « strictement aux ménages » aux termes du décret exécutif 17-362 du 25 décembre 2017 signé par le Premier ministre Ahmed Ouyahia.

Pour faire face à ces pénuries, le gouvernement a récemment pris deux mesures importantes. La première a consisté à renforcer la traçabilité de la production de la filière pour éviter le détournement du lait subventionné. Ainsi depuis le 20 mars 2018, les laiteries sont-elles tenues de produire à l’intention de l’Office algérien interprofessionnel du lait (ONIL) un document indiquant les quantités produites et distribuées, certifiées par les cachets des distributeurs. Le respect de cette procédure est contrôlé par des commissions mixtes ONIL-ministère de l’Agriculture - ministère du Commerce.

La seconde mesure a été prise le 12 avril dernier : elle a consisté en le relèvement des quantités de lait en poudre fournies aux laiteries par l’ONIL. Les quantités fournies aux laiteries du Groupe industriel de production du lait et de ses dérivés (GIPLAIT, public) sont passées de 7.000 à 10.000 tonnes/mois tandis que celles fournies aux laiteries privées ont augmenté de 7.500 à 9.000 tonnes/mois.

Loading...