ALGÉRIE
16/04/2018 12h:55 CET

Service militaire: L'armée répond aux médecins résidents pour dire non

L’obligation de passer le service militaire même une fois dépassé l’âge de 30 ans est l’une des plaintes principales du mouvement des résidents en médecine.

Capture decran
Le général-major Mohamed Salah Benbicha, directeur du service national au ministère de la Défense nationale lors d'un entretien à la radio algérienne le 15 avril 2018.

L’armée a enfin répondu, de façon indirecte, à la revendication des résidents en médecine d’être exemptés du service militaire une fois l’âge de 30 ans dépassé, comme c’est le cas pour tous les autres citoyens algériens. Et cette réponse est: non.

“30 ans n’est pas un âge où on doit exempter tout le monde”, a lancé dimanche 15 avril, le général-major Mohamed Salah Benbicha, directeur du service national au ministère de la Défense nationale (MDN) lors d’un entretien à la radio algérienne Alger Chaîne 3. 

Selon lui, les citoyens qui poursuivent des études supérieures “poussées” (dont les médecins et pharmaciens spécialistes) et qui terminent leur cursus à l’âge de 32 ou 33 ans, “restent astreints au service national tant qu’ils n’ont pas un motif qui les dispensent”.

L’obligation de passer le service militaire même une fois dépassé l’âge de 30 ans est l’une des plaintes principales du mouvement des résidents en médecine, en grève depuis plus 5 mois. Ils vivent comme une injustice le fait que tout le reste des citoyens sont exemptés lorsqu’ils arrivent à l’âge de 30 ans mais pas eux. Cette “injustice” est d’autant plus injustifiée à leurs yeux qu’ils sont aussi astreints au “service civil médical”.

A ce sujet et sans évoquer les médecins, M. Benbicha a affirmé que le MDN ne dispense pas automatiquement du service militaire les Algériens qui dépassent 30 ans. “Nous exemptons chaque année des citoyens âgés de 25, 26, 27 ans”, a-t-il indiqué.

Pourtant, l’armée lance régulièrement des opérations de régularisation de la situation des citoyens âgés de 30 ans et plus. La dernière date d’août 2017 et a concerné les Algériens nés entre le 1er janvier 1985 et le 31 décembre 1987, à l’exception des citoyens exerçant dans le corps médical.

La régularisation des citoyens ayant dépassé 30 ans concerne généralement ceux qui ont poursuivi des études universitaires. Car d’autres opérations lancées auparavant ont concerné les jeunes âgés de 20 ans ou plus et ayant “achevé ou abandonné leurs études” à cet âge là au plus tard. Des Algériens âgés entre 20 et 30 ans ont bénéficié de cette mesure, comme l’a indiqué M. Benbicha.

Lors d’une des réunions entre les représentants du mouvement des résidents en médecine et le ministre de la Santé Mokhtar Hasbellaoui, ce dernier a proposé la déduction de la durée du service militaire (12 mois) de celle du service civil. Une proposition rejetée par le mouvement qui revendique également l’abrogation du caractère obligatoire du service civil.