TUNISIE
10/08/2018 17h:14 CET

Selon Rached Ghannouchi, la Tunisie a réussi sa révolution grâce "aux principes islamiques et humains"

Les Tunisiens ont fait tomber le régime dictatorial et ont instauré un système démocratique en phase avec les valeurs de l’Islam, dit-il

FETHI BELAID via Getty Images

“L’Islam n’est pas simplement une religion” a fait savoir le dirigeant d’Ennahdha, dans une interview accordée, le 9 août 2018, à l’agence de presse turque Anadolu. “C’est un État” a-t-il martelé en soulignant que l’Islam est à la fois une société, une civilisation et une culture. 

Et c’est Médine, la ville du prophète, qui incarne, selon ses dires, le parfait exemple d’un Islam favorable au pluralisme et à la diversité. En effet, cette ville a été pour longtemps un havre multiculturel où vivaient juifs et musulmans en parfait harmonie. 

“L’Islam est par nature une religion universelle” poursuit-il en disant “qu’il n’y a pas une grande ville dans le monde où il n’y a pas de vie islamique”.

Le dirigeant d’Ennahdha a estimé, par ailleurs, que les régimes dictatoriaux font partie des raisons ayant empêché l’expansion de l’Islam à travers le monde entier.  

Intervenant à l’issu de sa participation aux travaux d’une conférence organisée par la “Plateforme des volontaires de l’Anatolie pour l’éducation et la prédication” à Afyonkarahisar à l’ouest de la Turquie sous le thème “le monde islamique: modèle de coopération et vision d’avenir”, Rached Ghannouchi a noté que la Tunisie a connu une révolution pour la liberté qui a conduit à la chute du régime de Ben Ali. “Elle y est parvenue grâce aux principes islamiques et humains” assure-t-il.

La Tunisie n’a pas seulement déclenché les révolutions du printemps arabes mais elle a réussi également à préserver sa révolution, jusqu’à aujourd’hui, révèle-t-il. 

Il a également affirmé que les jeunes tunisiens ont fait tomber le régime dictatorial et ont instauré un système démocratique en phase avec les valeurs de l’Islam.

Néanmoins, “plusieurs comploteurs”, qu’il n’a pas voulu dévoiler, “cherchent à faire avorter la révolution tunisienne” a-t-il ajouté. Cette révolution représente selon les espoirs des musulmans, leur projet et leur rêve de renaissance.   

Rached Ghannouchi est retourné en Tunisie après 20 ans d’exil, tout comme de nombreux membres du parti Ennahdha, le 30 janvier 2011, près de deux semaines après le départ de Ben Ali.

Lors du 10ème Congrès du parti en 2016, le parti a acté sa mue passant de mouvement islamiste à “parti politique, national, civil à référent islamique, qui oeuvre dans le cadre de la Constitution du pays et s’inspire des valeurs de l’islam et de la modernité” avait alors affirmé Rached Ghannouchi.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.