TUNISIE
06/11/2018 16h:18 CET

Selon Ons Hattab, le récent remaniement ministériel est "une tentative de coup d'État de la part d'Ennahdha"

Selon Ons Hattab, il s’agit d’un remaniement précipité qui n’a pas d’ailleurs respecté la démarche protocolaire d’usage.

Annoncé dans la soirée du lundi 6 novembre par le Chef du gouvernement Youssef Chahed, le vaste remaniement ministériel continue de provoquer de sérieux remous au niveau de la scène politique tunisienne. Ce changement qui est censé mettre fin à la crise n’a visiblement pas donné le résultat espéré.

Teintée d’influence d’Ennahdha, cette nouvelle composition vient, selon certains, bousculer les forces et redistribuer les cartes au détriment de Nidaa Tounes, le parti vainqueur des élections législatives de 2014. Ce dernier qui n’a pas voulu courber l’échine a décidé, d’ailleurs, d’organiser dans la foulée une conférence de presse pour désapprouver ce remaniement. 

“Le mouvement Ennahdha a voulu à travers ce remaniement procéder à un coup d’État,” souligne la porte-parole de Nidaa Tounes, Ons Hattab, dans une interview accordée à IFM. 

Selon Ons Hattab, il s’agit d’un remaniement précipité qui n’a pas d’ailleurs respecté la démarche protocolaire d’usage. En effet, les deux têtes de l’exécutif se sont entretenues durant la journée sans pour autant évoquer le remaniement, selon ses dires. 

À ses yeux, Chahed a accéléré le calendrier pour dévoiler sa nouvelle équipe. “Le remaniement était prévu après l’adoption du projet de la loi des Finances 2019” précise-t-elle en pointant du doigt sa décision hâtive d’envisager un passage devant le parlement pour un vote de confiance, de manière à bousculer les débats budgétaires. 

“C’est le mouvement Ennahdha qui dirige seul le pays” martèle-t-elle en tirant à boulets rouges sur le bloc parlementaire de la Coalition Nationale qui selon elle ne fait que pencher la balance au profit du mouvement. “Ce bloc, n’est ni une organisation partisane ni une organisation politique. Il sert juste à compléter le quorum sous le diktat d’Ennahdha” estime-t-elle.  

Sans mâcher ses mots, la jeune dirigeante de Nidaa Tounes a accusé Ennahdha de vouloir s’incruster dans les conflits internes de son parti. Elle a estimé que les tentatives de violation du local de Nidaa étaient orchestrées par Ennahdha. Pire, “des membres d’Ennahdha appellent à lever le gel de l’adhésion du chef du gouvernement, Youssef Chahed” de Nidaa Tounes. 

Pour Ons Hattab, “Youssef Chahed serait instrumentalisé par Ennahdha pour détruire son propre parti”. “C’est un agenda politique pour fragiliser Nidaa Tounes allant jusqu’à déstabiliser la stabilité générale du pays” conclut-elle.

Le chef du gouvernement a opéré, lundi, un vaste remaniement ministériel touchant plusieurs ministères parmi lesquels la Justice, le Tourisme, le Transport ou encore la Santé.

Mais c’est surtout dans la forme, que l’annonce du remaniement a fait jaser. En effet, la présidence de la République, via sa porte-parole Saida Garrache a affirmé que Béji Caid Essebsi n’était pas d’accord avec la démarche suivie par le chef du gouvernement dans son remaniement, regrettant le fait de ne pas avoir été consulté par Youssef Chahed mais simplement informé, rendant la tension encore plus palpable entre les deux têtes de l’exécutif.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.