TUNISIE
20/12/2018 10h:22 CET

Selon Hamma Hammami, le cadre est propice à l'émergence d'une "nouvelle phase de la révolution"

Il a en outre appelé à la "pression de la rue" pour "balayer le pouvoir en place".

NurPhoto via Getty Images

Le secrétaire général du parti des travailleurs Hamma Hammami a indiqué mercredi à Hammamet, que le pouvoir en place avec ses différentes composantes, a entrainé le pays dans la crise touchant tous les secteurs.

Un pouvoir, a-t-il ajouté, servant les intérêts des lobbies de corruption, des mercenaires et des institutions financières internationales qui ne peuvent être confrontés qu’en descendant dans la rue pour manifester pacifiquement, tel que prévu dans la Constitution, et à travers la mobilisation des efforts “pour en sanctionner la politique lors des prochaines élections”.

Le pouvoir en place est responsable de la “situation critique” du pays, a insisté Hamma Hammami, en marge du démarrage des travaux du 5ème congrès du parti des travailleurs qui se tient du 19 au 23 décembre à Hammamet sous le slogan “Vers la révolution”.

Une situation, a-t-il précisé, qui a conduit son parti et le Front populaire à œuvrer à rassembler les forces nationales pour exercer une pression de la rue et “balayer le pouvoir en place”.

La majorité des Tunisiens, parmi les chômeurs, les enseignants, les avocats, les cadres dans les établissements importants et les compétences ayant quitté le pays, sont tous descendus dans la rue pour protester contre leurs conditions, a affirmé Hamma Hammami. Pour lui, toutes ces personnes sont en droit de scander le slogan “le peuple veut faire tomber le régime” face à cet “extrémisme néolibéral sauvage de droite”.

Selon le secrétaire général du parti des travailleurs, le climat de tension dans le pays est un cadre propice pour l’émergence d’une “nouvelle phase de la révolution” et montre le besoin d’un changement radical dans le pays pour réaliser les aspirations de toute une génération, s’agissant de la souveraineté nationale, la liberté, la démocratie, l’égalité, le développement, le bien-être et la justice sociale.

Pour Hamma Hammami, appeler à descendre dans la rue comme l’a fait le Front populaire, est en partie une revendication démocratique, surtout que la protestation pacifique et civile dans un cadre institutionnel et dans la rue est garantie par la Constitution. Un droit ayant permis, selon lui, de faire tomber la dictature et les gouvernements qui n’avaient pas tenu leurs promesses.

Toutefois, s’est-il ravisé, l’appel à descendre dans la rue doit être organisé selon un programme et des objectifs fondamentaux s’articulant autour d’un “État civil et démocratie sociale”.

Évoquant les travaux du 5ème congrès de parti des travailleurs, Hamma Hammami a estimé qu’il sera l’occasion d’évaluer le parcours du parti depuis 2011 et la révision de tout ce qui doit être révisé dans la ligne politique du parti, sa structuration et son organisation.

S’agissant des alliances politiques, le parti des travailleurs s’attache au Front populaire tout en laissant la voie ouverte devant les forces politiques, civiles et syndicales qui partagent les objectifs de cette coalition de partis et avec qui des actions communes peuvent être engagées dans l’intérêt du pays, a soutenu Hamma Hammami.

Sur le poids électoral du Front populaire, Hammami a déclaré que le front avance de nouvelles propositions et de programmes révolutionnaires répondant aux revendications des Tunisiens.

Le 5ème congrès du parti des travailleurs a vu la participation de 180 congressistes qui devront élire un comité central, qui élira à son tour le secrétaire général du parti.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.