TUNISIE
08/07/2019 14h:46 CET

Selon Abdellatif El Mekki, la question du maintien ou non du chef du gouvernement est à l'origine de la démission de Lotfi Zitoun

Lotfi Zitoun avait annoncé dans la matinée avoir déposé sa démission de son poste de conseiller politique de Rached Ghannouchi

Getty Editorial

Invité sur les ondes de Mosaïque Fm, le dirigeant au sein d’Ennahdha Abdellatif El Mekki a affirmé que la décision de Lotfi Zitoun de démissionner de son poste de conseiller du président d’Ennahdha, Rached Ghannouchi, était “attendue”.

“Cela était attendu à cause de points de vue discordants qui ont eu lieu ces derniers temps notamment concernant la question du changement ou non de chef du gouvernement (...) Le conseiller doit être sur la même longueur d’onde que le président quant à la vision générale, c’est pourquoi je pense que c’était attendu” a-t-il commenté estimant ce départ comme inéluctable.

 

“Généralement, le conseiller doit partager la même vision que celui qu’il conseille. S’il y a des différences de points de vue, soit le conseiller démissionne, soit le président décide de le changer” a estimé El Mekki ajoutant que “ous verrons comment réagira le président du parti face à cette démission de son conseiller personnel”.

Lundi, Lotfi Zitoun, conseiller politique du président du parti Ennahdha, Rached Ghannouchi, a annoncé avoir présenté sa démission, sans donner plus de détails.

Ce départ a été perçu par de nombreux observateurs de la vie politique comme une entrée dans la course à la présidentielle. Pour d’autres, au contraire, cela démontre que via cette démission, l’ancien conseiller politique de Ghannouchi, ne souhaite pas être pris dans une campagne électorale au profit du président du parti.

Contacté par le HuffPost Tunisie, un membre du conseil de la Choura d’Ennahdha a affirmé que les deux hommes n’étaient plus sur la même longueur d’onde sur de nombreux sujets. “Il ne faut pas interpréter cette démission par rapport aux prochaines élections, c’est une fausse lecture. Le parti n’a pas encore décidé qui sera son candidat aux élections. Il se peut que ce soit Rached Ghannouchi, tout comme il se pourrait que le parti décide de soutenir Lotfi Zitoun s’il venait à se présenter, ou peut-être une autre personnalité qu’elle soit issue du parti ou en dehors”.

Se présentant comme une “voix moderniste” du parti et partisan d’un changement au sein d’Ennahdha, il avait affirmé au HuffPost Tunisie qu’il “faut que le parti soit à la hauteur. Nous savons tous qu’Ennahdha avait commencé en tant que mouvement religieux, qui a ensuite adopté l’islam politique, chose qui a changé depuis le dixième congrès du parti”.

“C’est pourquoi j’essaye de bousculer un peu les choses en cette année électorale, pour que la transition démocratique aboutisse. Sinon, il n’y aura pas de transition démocratique” avait-il décrit.

Il dit se donner pour mission de libérer l’islam des conflits politiques, et convaincre les électeurs qu’Ennahdha est désormais devenu un parti civil, loin de l’islam qui ne doit plus guider sa politique.

Il avait ajouté que certains à l’intérieur du parti ne saisissaient pas vraiment sa démarche, et disait-il, ont toujours une nostalgie pour le passé.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.