TUNISIE
07/10/2019 12h:19 CET

Seifeddine Makhlouf, porte-parole d'Al Karama: "Nous allier à Ennahdha n'est pas un problème pour nous"

Il affirme cependant qu'Al Karama refusera toute alliance avec 9alb Tounes.

Seifeddine Makhlouf, porte-parole de la coalition Al Karama, qui serait arrivé 3ème en nombre de sièges lors des élections législatives de dimanche selon les instituts de sondage, a affirmé qu’il n’existait “aucun inconvénient à s’allier avec Ennahdha”.

Dans une déclaration accordée à Mosaïque Fm, celui-ci affirme que ce qui tranchera dans leurs éventuelles alliance c’est la protection de la révolution: “nous serons avec ceux qui soutiendront la révolution” dit-il.

“Nous n’avons pas de préférence idéologique. Nous sommes une génération qui ne croit ni à la gauche, ni à la droite. Que l’on fasse la prière ou que l’on se saoule, cela n’a pas d’importance pour les Tunisiens. Nous voulons des personnes qui ont des idées pour sortir de cette crise économique et sociale, qui seront présents pour défendre la dignité des Tunisiens, qui pourront traiter d’égal à égal avec l’Union Européenne” a-t-il poursuivi avant d’ajouter: “Nous savons qu’Ennahdha tend la main à tous, même à ceux qui représentent la contre-révolution. Nous n’irons pas jusque là”.

En effet, s’il indique tendre la main à toutes les sensibilités politiques qui veulent soutenir Al Karama dans la défense des objectifs de la révolution, il refuse cependant toute alliance avec le parti 9alb Tounes présidé par Nabil Karoui: “Nous ne participerons pas à un gouvernement dans lequel 9alb Tounes sera présent (...) Cela est clair”.

Concernant une potentielle alliance avec Tahya Tounes, Seifeddine Makhlouf refuse de répondre: “Je ne veux pas m’étaler plus parce que je ne veux pas que ma position personnelle s’impose à la coalition” explique-t-il affirmant que ce sera aux dirigeants de la coalition de décider.

Le score obtenu par Al Karama représente une fierté pour cette coalition a estimé Makhlouf rappelant que celle-ci a été créée dans un laps de temps très court: “Cela nous donne une grande responsabilité. Vous allez voir la force de proposition que nous serons. Nous mettrons en place l’Etat de l’intelligence avec un gouvernement basé sur le digital, le commerce électronique. Nous changerons le système éducatif arriéré”. 

 

Interrogé sur les dépassements dont il a été à l’origine le jour du vote, arrivant notamment au centre de vote avec une écharpe de son parti, ce qui représente une infraction électorale capable de l’éliminer de la course au parlement, Seifeddine Makhlouf fustive: “L’ISIE a montré aujourd’hui aux Tunisiens qu’elle ne respecte pas la loi et ne l’applique pas. Qu’ils commencent à punir ceux qui ont une chaine de télévision et qui ont des associations et qui dépensent des milliards, et après qu’ils s’occupent des pauvres” a-t-il fustigé.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.