MAROC
21/06/2019 16h:15 CET

Sécurité routière: Des nouveaux appareils de détection automatique des infractions déployés au Maroc

Principalement dans les régions de Casablanca, Marrakech et Rabat.

Gwengoat via Getty Images

CODE DE LA ROUTE - Le ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau a lancé un appel d’offres relatif à l’acquisition, l’installation et la maintenance de 552 appareils de contrôle et de détection automatique des infractions au code de la route.

Il s’agit de 276 appareils de contrôle de vitesse hors périmètres urbains, 204 appareils de contrôle du respect des feux de signalisation et de la vitesse dans les périmètres urbains et 72 appareils de contrôle de la vitesse moyenne au niveau des autoroutes, indique mardi un communiqué de ce département.

Le ministère souligne à cet égard avoir engagé un ensemble de procédures visant à renforcer le contrôle automatique de la vitesse, premier facteur qui augmente la gravité des accidents, et ce dans le cadre de la mise en œuvre des objectifs de la stratégie nationale de la sécurité routière qui vise en particulier la réduction de 50% du nombre des tués des accidents de la circulation à l’horizon 2026.

Les appareils en question seront mis en place au niveau de toutes les régions du Royaume par le groupement adjudicataire de l’appel d’offres composé de trois entreprises: le groupe marocain Al Omra International (mandataire du groupement), la société allemande Vitronic, ainsi que la société émiratie Vitronic Moyen Orient.

Les appareils seront répartis comme suit: Rabat-Salé-Kenitra (69), Tanger-Tétouan-Al Hoceima (51), Fès-Meknès (62), l’Oriental (45), Casablanca-Settat (108), Béni Mellal-Khénifra (43), Marrakech-Safi (92), Daraa-Tafillalt (13), Souss Massa (38), Guélmim-Oued Noun (11), Laayoune-Sakia Lhamra (10), Dakhla-Oued Dahab (10), précise la même source.

En plus de la détection des infractions relatives à l’excès de vitesse et les feux de signalisation, les appareils disposent de plusieurs caractéristiques, notamment la détection de plus d’un véhicule à la fois, pouvant atteindre 24 véhicules, des infractions routières sur les passages interdits à la circulation et relatives à la ligne continue, ainsi que la distinction entre les véhicules légers et les poids lourds, la possibilité d’exploitation dans les deux sens (éloignement-rapprochement) et l’utilisation de la technique de balayage par laser.

Concernant les appareils de contrôle de la vitesse moyenne, ils seront installés au niveau du réseau autoroutier et permettront de contrôler la vitesse moyenne des véhicules au niveau des sections autoroutières sur plusieurs kilomètres, ajoute le communiqué, notant que ce projet s’étale sur deux ans.

Ces appareils seront installés après l’achèvement de l’opération de localisation des emplacements d’installation et ce, en coordination avec les services compétents et les autorités locales. Le ministère rappelle avoir acquis, en 2018, 280 radars mobiles, dans le cadre de la diversification des moyens de contrôle automatique de la vitesse.