TUNISIE
02/08/2018 13h:36 CET

Secteur privé: L'UGTT réclame des augmentations salariales d'au moins 10,3%

Ce taux a été calculé en se référant à certains indicateurs, dont le taux d’inflation et l’indice général des prix (IGP).

FETHI BELAID via Getty Images

“Une augmentation salariale dans le secteur privé s’impose” estime la centrale syndicale. Cet appel, lancé sans répit depuis le mois de mars dernier, semble être sans réponse. 

“Près de 20 réunions ont été tenues dans le cadre des négociations sociales relatives au secteur privé” annonce, le 2 aout 2018, le secrétaire général adjoint chargé du secteur privé à l’UGTT, Mohamed Ali Boughdiri, sur les ondes de Mosaïque Fm.

D’après lui, le pouvoir d’achat des Tunisiens, amputé par la fiscalité inflationniste et la hausse des prix inquiétante, ne permettra certainement pas aux ménages de booster leurs achats et améliorer leur quotidien. De plus, cette situation ne cesse de s’aggraver face à la stagnation des salaires et la montée vertigineuse du taux d’inflation.  

En se basant sur des études fiables menées par l’UGTT, l’augmentation salariale ne doit pas être inférieure à 10,3%, souligne le responsable. 

Conscient de la situation, Boughdiri révèle que le syndicat tient à finir les négociations dans les plus brefs délais, vu le besoin de révision des pensions et des salaires ainsi que celui de modifier certains articles organisationnels.

Il a espéré, par ailleurs, clôturer les négociations avec l’organisation patronale et trouver des issues aux questions en suspens d’ici la fin du mois en cours.  

En effet, lors de ces réunions périodiques entre les deux organisations, un intérêt particulier a été attribué au volet réglementaire dans le cadre des négociations sur les augmentations salariales dans le secteur privé au titre de l’année 2018/2019. 

D’après Boughdiri, ce volet n’a pas été évoqué lors des négociations depuis 10 ans, indiquant que l’UGTT veut modifier les articles relatifs, notamment, au recrutement, à la titularisation, aux sanctions, à la santé, à la sécurité professionnelle et au dialogue social.

Des réunions périodiques consacrées à ce dossier se tiennent, à raison de trois fois par semaine entre les deux organisations, a-t-il dit. La valeur de l’augmentation salariale dans le secteur privé proposée par l’UGTT a été calculée en se référant à certains indicateurs, dont le taux d’inflation et l’indice général des prix (IGP), a fait savoir Boughdiri.

Si pour certains, l’augmentation des salaires est un remède à l’inflation, d’autres estiment le contraire. Il faut s’attendre, en effet, à la mise en place d’une spirale inflationniste. 

D’après l’expert comptable Anis Wahabi, l’augmentation salariale à un rythme supérieur à celui de la productivité provoque davantage de l’inflation. “C’est une richesse fictive” a-t-il noté. “Si les salaires sont indexés sur l’inflation, la hausse des prix est répercutée automatiquement sur le niveau des salaires, qui s’accroissent à leur tour. Il s’ensuit une nouvelle hausse des prix et un cercle vicieux inflationniste se met en place” a-t-il encore précisé. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.