MAROC
16/03/2018 13h:32 CET

Le scientifique marocain Mustapha El Bouhssini récompensé pour sa méthode qui empêche le blé de "mourir"

Le chercheur a mis au point des variétés de blé qui résistent à certains insectes dévastateurs.

SCIENCE - Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’agriculture. Le scientifique marocain Mustapha El Bouhssini a reçu, la semaine dernière en Angleterre, le prix d’excellence à vie 2018 pour ses recherches dans le domaine de la résistance des plantes aux insectes.

Membre du Centre international de recherche agricole dans les zones arides (ICARDA) depuis plus de vingt ans, le chercheur a développé, avec une équipe de scientifiques, une variété de blé résistante à un insecte dévastateur pour les cultures: la mouche de Hesse. 

Croisement d’espèces

Cet insecte, qui fait des ravages au Maroc mais aussi dans les autres pays d’Afrique du nord, dans le sud de l’Europe (Espagne, Portugal) et aux Etats-Unis, cause 30 à 40% de perte de rendement chaque année, explique Mustapha El Bouhssini au HuffPost Maroc.

Pour lutter contre cet insecte et d’autres nuisibles comme les punaises de blé, la mineuse du pois-chiche et le puceron russe (qui touche le blé et l’orge), le chercheur a ainsi participé au développement de germoplasmes, c’est-à-dire le matériel génétique, de variétés de céréales résistantes.

Autrement dit, le chercheur a mis au point, grâce au croisement de plusieurs espèces de blés, des variétés qui résistent à ces insectes. “Il ne s’agit pas d’organismes génétiquement modifiés (OGM). Nous utilisons des méthodes conventionnelles, naturelles et durables, n’ayant aucun effet néfaste sur l’environnement”, tient-il à préciser.

“Le Maroc est le deuxième pays, après les États-Unis, pionniers dans le domaine, à avoir développé des variétés résistantes à la mouche de Hesse”, explique encore le scientifique.

Independent Picture Service via Getty Images
Des agriculteurs dans un champ de blé au Maroc.

14 prix au compteur

Le “Lifetime Achievement Award” a été remis au chercheur à l’occasion du congrès international sur la résistance des plantes aux insectes, tenu du 6 au 9 mars au centre de recherche Rothamsted à Harpenden, dans le comté de Hertfordshire, en Angleterre.

Ce prix est décerné tous les deux ans par l’Association internationale de la résistance des plantes aux insectes aux chercheurs ayant fait des contributions et percées scientifiques majeures dans le domaine de recherche en résistance génétique des plantes aux insectes ravageurs, indique un communiqué de l’ICARDA.

C’est le 14ème prix reçu par le Dr El Bouhssini, dont 5 décernés par l’ICARDA, 2 par le Maroc et 7 par des instances internationales. Il avait notamment reçu en 1991 le prix du meilleur étudiant en doctorat en département d’entomologie de l’université du Kansas aux États-Unis, le prix de chercheur de l’année de l’ICARDA en 1998, le prix de distinction de l’Association internationale de protection des plantes en 2007, et le prix du chercheur distingué de l’Association américaine des entomologistes, branche internationale, en 2014.

LIRE AUSSI:  Les plus anciennes traces d’ADN en Afrique découvertes à Taforalt au Maroc