ALGÉRIE
07/09/2019 12h:08 CET | Actualisé 07/09/2019 12h:13 CET

Sans surprise, l'UGTA pour la tenue de présidentielles " dans les plus brefs délais"

Archives
Siège de l'UGTA

La centrale syndicale, dirigée depuis juin dernier par Salim Labatcha, rallie, sans surprise, les partisans de la tenue d’une ”élection présidentielle dans les plus proches délais”.

Depuis Jijel où il procédait à une cérémonie de distinction des élèves méritants, enfants de travailleurs du port de Djen djen à l’initiative de la section syndicale et de la direction de l’entreprise portuaire, le nouveau patron de l’UGTA a été très clair. Son organisation soutenait la tenue d’une “présidentielle” dans les plus courts délais.

Dans une déclaration à l’Agence de presse algérienne, il confie son intention de lancer ″prochainement″ l’organisation de regroupements régionaux pour collecter des propositions de la classe ouvrière et les remettre au pouvoir dans une démarche de sortie de crise politique. Il ajoute, dans ce sillage, que “le Hirak populaire a réalisé de nombreux acquis qu’il faut préserver”, notamment concernant la lutte contre “l’impunité qui régnait par le passé”.

Il précise encore que “la crise” qui “s’est répercutée sur l’activité des entreprises″ ne pourrait être solutionner qu’à travers l”‘organisation d’élection présidentielle dans les plus proches délais”. 

L’UGTA suit ainsi les appels du FLN de Djemai, du RND de Mihoubi et des associations et partis consultés par le panel de Karim Younes à aller vers la tenue de cette élection. Un air d’unanimisme déjà vu.