ALGÉRIE
15/05/2019 14h:19 CET | Actualisé 15/05/2019 14h:24 CET

Said Sadi : Comment se sortir de la crise actuelle

Getty Editorial

Après l’analyse, les propositions. Said Sadi a mis en ligne sur sa page Facebook, ce mercredi 15 mai, ses propositions de sorties de crise.

L’ancien président du RCD juge qu’il est temps pour  “l’Algérie réelle”, celle qui “s’affirme à longueur de semaine” de “se prendre en charge” d’autant qu’il est impératif pour les algériens de se préparer aux conséquences de la non-tenue de la présidentielle.

“La question n’est pas de savoir si l’échéance électorale du 4 juillet va échouer mais de prévenir les coûts de son échec”, conseille-t-il. Dans les faits, les propositions de M Sadi ne diffèrent pas de celles émises par plusieurs personnalités du Hirak.

“Les organes et mécanismes dédiés à la transition font largement consensus. Présidence collégiale, directoire de la conférence de transition, commission indépendante d’organisation des élections, assemblée chargée d’élaborer la constitution précédée de la prescription des préalables démocratiques… ”, affirme-t-il.

Said Sadi recommande à ce que les membres qui doivent gérer la transition n’occupent aucune fonction officielle. « En pratique, les membres devant diriger cette séquence doivent s’y consacrer exclusivement et renoncer à toute autre investiture ou responsabilité ultérieures. »

« En résumé, il faudra qu’il soit bien entendu et admis par tous que la phase de transition n’est pas une période probatoire pour l’accès au pouvoir mais une parenthèse ayant pour unique objectif de préparer et de garantir l’accès, l’exercice et le contrôle de l’exercice du pouvoir républicain », réclame M Sadi.

Saïd Sadi fait également écho d’autres propositions concernant les modalités de désignation des membres devant gérer les différentes instances de cette période, estimant que « plusieurs formules existent. Le think tank Nabni a proposé des modèles d’élections électroniques qui peuvent être testés sur cette opération ou alors l’organisation d’élections régionales autour des six wilayas historiques.

Des assemblées régionales désignant plusieurs responsables participant aux diverses structures transitionnelles peuvent être programmées… Au besoin, des primaires peuvent être envisagées, les pré-élus pourront dégager en leur sein les futurs animateurs », détaille Saïd Sadi.