MAROC
02/04/2019 12h:39 CET | Actualisé 02/04/2019 12h:41 CET

Sahara: Pour le secrétaire général de l'ONU, "une solution au conflit est possible"

Antonio Guterres souligne que le manque de confiance de toutes les parties reste un problème fondamental dans ces négociations.

Denis Balibouse / Reuters
Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, lors d'une conférence de presse après une table ronde sur le Sahara à Genève, en Suisse, le 6 décembre 2018.

POLITIQUE - Vers la résolution du conflit? Dans un rapport dévoilé ce 1er avril, qui fait le point sur les deux séries de négociations sur le Sahara, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, n’a pas caché son optimisme quant à la situation. Pour lui, “une solution au conflit est possible”, rapporte l’AFP qui a pu lire le rapport

“António Guterres a déclaré au Conseil de sécurité qu’un règlement nécessiterait ‘une volonté politique forte, non seulement de la part des parties et des États voisins, mais également de la communauté internationale’”, ajoute l’agence de presse. Les négociations entre les différentes parties du conflit ont repris en décembre dernier. Le Maroc, l’Algérie, le Polisario et la Mauritanie se sont réunies pour la première fois en six ans, après l’invitation de l’Envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara marocain, l’ancien président allemand Horst Köhler. 

Dans son rapport, Antonio Guterres rappelle que le manque de confiance de toutes les parties reste un problème fondamental dans ces négociations et appelle aux “gestes de bonne foi” de toutes les parties. “Il a ajouté que toutes les délégations étaient conscientes du fait que leur peuple se tournait vers les pourparlers récents avec espoir et avait subi les coûts du conflit”, rapporte l’AFP. 

Ces 21 et 22 mars, le Maroc, l’Algérie, le Polisario et la Mauritanie se sont réunis une nouvelle fois, à Genève. Le Maroc en était sorti satisfait. Dans un communiqué, la délégation marocaine conduite par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita affirmait que “la communauté internationale est aujourd’hui unanime que l’initiative d’autonomie marocaine est la seule issue pour régler le différend régional au Sahara marocain”. Ils se sont, en tout cas, déjà donné rendez-vous pour un troisième round de négociations, sur le même format que les précédents.