MAROC
19/03/2019 16h:36 CET

Sahara: Bourita appelle à "dépolluer l'UA des débats stériles, inutiles et en déphasage avec la réalité"

Le ministre s'est exprimé dans le cadre de la Grande commission mixte Maroc-Rwanda.

MAP

SAHARA - Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, a appelé, ce mardi 19 mars, lors d’un point presse à Rabat, à “dépolluer l’Union africaine des débats stériles, inutiles et en déphasage avec la réalité”, au sujet de la marocanité du Sahara.

Lors de ce point presse conjoint avec son homologue rwandais, Richard Sezibera, Nasser Bourita a salué le rôle “constructif” joué par Kigali au sein de l’Union africaine (UA) pour faire prévaloir “l’esprit du réalisme” concernant la question du Sahara marocain, pour “dépolluer” l’organisation panafricaine “des débats stériles, inutiles et en déphasage avec la réalité”.

Les deux hommes se sont rencontrés à Rabat, dans le cadre de la première session de la Grande commission mixte Maroc-Rwanda, au cours duquel plusieurs accords de coopération ont été signés.

Dans ce cadre, Richard Sezibera, a réitéré l’engagement de son pays à “faire ce qu’il faut” pour aboutir à “une solution juste et équitable” à la question du Sahara, notant que les deux pays collaborent pour faire avancer l’agenda de réforme de l’UA.

Le Maroc et le Rwanda coordonnent leurs actions au niveau du continent africain et notamment au niveau de l’UA, le but étant de permettre à l’Afrique de faire entendre sa voix au niveau international, pour lancer des projets d’intégration importants et pour doter le continent d’un instrument institutionnel efficace.

MAP

Le chef de la diplomatie marocaine a, dans ce sens, mis en avant l’appréciation du roi Mohammed VI à l’action entreprise par le président Paul Kagame, dans le processus de réforme de l’UA, pour répondre aux aspirations des États africains et pour faire de l’UA un instrument efficace de défense des intérêts du continent au niveau régional et international. 

Pour sa part, Richard Sezibera a exprimé ses remerciements au souverain pour la réalisation de cet agenda, ainsi que son soutien précieux au président rwandais Paul Kagame, qui a initié la réforme de l’UA durant son mandat à la tête de l’Organisation panafricaine.