MAROC
29/08/2018 10h:12 CET | Actualisé 29/08/2018 10h:48 CET

Relâché, Saad Lamjarred est placé sous contrôle judiciaire pour viol

Une libération qui ne signifie pas pour autant que la star a été innocentée.

SAAD LAMJARRED/FACEBOOK

SAAD LAMJARRED - Suite du feuilleton judiciaire du chanteur. Poursuivi pour la deuxième fois en moins de deux ans pour viol, Saad Lamjarred a été relâché mardi 28 août dans la soirée et placé sous contrôle judiciaire, annonce le journal Var Matin.

Sa libération ne signifie pas pour autant que le chanteur a été innocenté. Toujours selon le journal régional, Saad Lamjarred sera ainsi prochainement présenté au juge des libertés. “Il est donc probable que, dans la soirée, le juge décide la détention provisoire assortie d’un contrôle judiciaire”, poursuit ce matin la même source, qui précise que ce la star marocaine “n’a pas le droit de quitter le territoire”.

Le père du chanteur avait annoncé hier soir sur Facebook la libération de son fils:

“Mon fils Saad é été libéré grâce à Dieu”

Selon le Parisien, le chanteur a dû verser une caution de 150.000 euros (soit plus d’un million et demi de dirhams) pour sa remise en liberté. Interrogé par le journal, l’avocat du chanteur, Me Jean-Marc Fedida, conteste “toute violence”. et assure “qu’aucune constatation matérielle ne permet de confirmer l’existence d’une telle violence”. L’avocat précise par ailleurs àFrance Info que le chanteur a invité la plaignante dans sa chambre d’hôtel et a eu avec elle “une relation sexuelle consentie”. 

La famille du chanteur déplore pour sa part “une situation très désagréable”. Le Parisien cite ainsi une tante de l’artiste: “plus on est important, plus on a d’ennemis. C’est une vengeance”, assure-t-elle. “Le père de Saad Lamjarred devrait se rendre en France prochainement”, ajoute le journal français.

Inculpé pour viol

Le chanteur, qui fait l’objet d’une plainte déposée à son encontre par une travailleuse saisonnières pour “des faits caractérisés de viol”, a été inculpé après sa mise examen, a rapporté l’AFP.

Les faits se seraient déroulés dans un établissement de Saint-Tropez dans la nuit de samedi à dimanche, avait précisé le parquet. Une enquête en flagrance a été diligentée à la suite de la plainte d’une femme pour “faits caractérisés de viol”, avait ajouté la même source qui évoque “une affaire complexe”qui s’est déroulée “dans le cadre de rencontres dans des établissements de nuit” avec “deux versions diamétralement opposées”, nécessitant “la poursuite des investigations et l’audition de tout témoin utile”.

Plus d’informations à venir...