MAROC
31/10/2018 12h:07 CET

Saad-Eddine El Othmani demande aux administrations d'utiliser exclusivement la langue arabe ou amazigh

Utiliser une autre langue coûte cher à l'État.

Chef du gouvernement/Facebook

LANGUE - Pas de choix. Les administrations publiques, les collectivités territoriales et les établissements qui en relèvent ont l’obligation d’utiliser la langue arabe ou amazigh, ou les deux, dans toute activité, décision et document écrit. Le chef du gouvernement, Saad-Eddine El Othmani, a adressé une circulaire datée du mardi 30 octobre, aux ministres, secrétaires d’État, hauts commissaires et délégué général pour les rappeler à l’ordre. 

Un rappel que le chef du gouvernement estime à la fois nécessaire et urgent, car ne pas se plier à cette exigence linguistique coûte cher à l’Etat, selon El Othmani. Ce dernier précise ainsi que des recours en justices aboutissent “au rejet de documents et de décisions administratifs rédigés en langue étrangère”, ce qui se traduit, pour l’État, par des “dégâts financiers et des dysfonctionnements dans la communication entre l’administration et ses partenaires”. 

Aspect juridique oblige, le chef du gouvernement tient aussi à souligner dans cette circulaire que l’utilisation d’une langue autre que celle officielle représente “une violation grave de la loi” et “une atteinte à la volonté des citoyens tel qu’attesté par la constitution”. 

DR

Le chef du gouvernement précise, toutefois à la fin de sa circulaire que la langue amazigh fait l’objet d’une loi organique soumise à l’étude actuellement au Parlement. Cette loi devrait définir l’art et la manière de la mise en œuvre de l’officialisation de l’amazigh. En attendant, il faudra désormais utiliser la langue arabe sauf lorsque le destinataire est “une partie étrangère ou de documents techniques difficiles à traduire en arabe”. Le chef du gouvernement n’oublie pas de rappeler que ses prédécesseurs ont également publié des circulaires sur cette même question en 1998 et en 2008. Ce qui n’a pas, pour autant, résolu le problème.