TUNISIE
11/01/2019 09h:07 CET

Sa vie serait menacée en prison: Borhen Bsaies demande une protection à Mustapha Khedher

Rencontré en prison, Khedher aurait affirmé à Borhen Bsaies se sentir menacé.

Le chargé des affaires politiques de Nidaa Tounes Borhen Bsaies a appelé, jeudi via sa page Facebook, à protéger Mustapha Kherdher, principal accusé par le comité de défense dans les assassinats de Chokri Belaid et Mohamed Brahmi, qui serait menacé de mort.

Borhen Bsaies qui affirme avoir rencontré Mustapha Khedher à la prison de Borj El Amri, où il a passé deux mois avant de profiter d’une grâce présidentielle, a indiqué que ce dernier craignant pour sa vie et avait peur de se faire tuer.

 

“Je garderai pour moi l’analyse sur cet homme et le rôle qu’il a joué sur tout ce qui se dit... Ce que je peux par contre confirmer c’est que la sécurité physique de Mustapha Khedher est une question d’une extrême importance. Il m’a lui même confirmé qu’il ressentait une volonté de l’éliminer” indique Bsaies avant d’appeler à accorder une protection à ce dernier.

Le comité de défense de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi a accusé Mustapha Khedher d’être derrière l’organisation secrète d’Ennahdha qui aurait était derrière les meurtres des deux militants de gauche.

En marge d’une conférence de presse tenue, jeudi, le comité de défense avait affirmé que le juge d’instruction du 12ème bureau en charge du dossier des assassinats de Chokri Belaid et Mohamed Brahmi a accusé Mustapha Khedher de meurtre avec préméditation et de 22 autres accusations et ce sur la base de l’examen de certains documents saisi dans la “chambre noire” du ministère de l’Intérieur.

Selon, Najet Yacoubi, membre du comité de défense, “une partie des documents saisis et examinés par le juge d’instruction sont relatifs à l’organisation secrète du mouvement Ennahdha”.

D’autres documents compromettant le responsable de la branche armée du groupe terroriste ”Ansar Al-Charia“, Mohamed Awadi, ont été trouvés. Ces documents font état d’instructions pour escorter Awadi et faciliter sa sortie du territoire tunisien” a révélé l’avocate.

Selon Yacoubi, les documents en question comportent plusieurs listes de délinquants, dont, Ameur Belaâzi qui s’est vu confier la mission de se débarrasser en mer des armes ayant servi dans l’assassinat des deux dirigeants de gauche.

Le juge d’instruction a également pris connaissance des correspondances adressées par Mustapha Khedher au ministère de l’Intérieur au sujet des mouvements du terroriste Abou Bakr Al-Hakim accusé de l’assassinat de Mohamed Brahmi.

Pour sa part le membre du collectif Ridha Raddaoui a souligné l’importance des aveux présentés, le 3 janvier 2019 par Mustapha Khedher, devant le juge d’instruction du 12e bureau et dans lesquels il dit connaitre Ameur Belâazi.

“Ces aveux ont permis au collectif de découvrir que le sous-fifre qu’utilisait Mustapha Khedher pour perpétrer des agressions contre les personnes, comme ceux commises durant les événements du 9 avril 2012, n’est autre qu’Ameur Belâazi. Ce dernier est le lien entre Khedher et l’organisation secrète du mouvement Ennahdha, ce qui explique le vol et la disparition de ses procès verbaux”, a fait savoir Raddaoui.

Selon le membre du collectif de défense, Khedher a également reconnu ses liens avec l’oncle maternel d’Abou Bakr Al-Hakim, lui-même lié au mouvement Ennahdha.

 

Il a aussi avoué être à l’origine de la descente effectuée, le 17 juillet 2013, par les forces de l’ordre dans la maison de la tante d’Abou Bakr Al-Hakim, suite à une missive anonyme qu’il avait envoyée au ministère de l’Intérieur et qui contenait plusieurs informations sur Al-Hakim.

Pour Raddaoui, l’accusation portée contre Mustapha Khedher, est une première étape pour porter d’autres accusations à certains dirigeants d’Ennahdha liés au principal accusé.

”Les procès-verbaux concernant l’organisation secrète du mouvement Ennahdha sont prêts” a-t-il fait observer.

Il a ajouté dans ce sens que le ministre de l’Intérieur est impliqué dans le vol de documents concernant le dossier des assassinats, lesquels ont disparu de la ”chambre noire”.

Le ministère de l’Intérieur a toujours nié l’existence de ladite chambre.

Lors d’une conférence de presse donnée le 2 octobre 2018, le Collectif de défense de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi avaient présenté un ensemble de documents justifiant les liens entre Mustapha Kheder et le Mouvement Ennahdha.

Une partie de ces documents a été découverte en décembre 2018 au domicile de Khedher.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.