MAROC
13/09/2018 12h:39 CET

Ryanair va organiser "la plus grande grève" de son histoire

Elle touchera au moins 5 pays européens.

JannHuizenga via Getty Images

TRANSPORT - Avis à ceux qui comptent voyager avec Ryanair fin septembre. Les différents syndicats européens représentant le personnel de cabine de la compagnie aérienne ont confirmé, jeudi 13 septembre à l’issue de leur réunion à Bruxelles, que la “plus grande grève de l’histoire” de la compagnie irlandaise aura lieu le 28 septembre, rapporte l’agence Belga. Cette date était évoquée depuis plusieurs jours déjà par les syndicats mais devait encore être officialisée.

Cette grève devrait toucher la Belgique, les Pays-Bas, l’Espagne, le Portugal et l’Italie. Elle pourrait aussi concerner d’autres pays, comme l’Allemagne, où une grève a déjà bloqué 150 vols mercredi 12 septembre, ainsi que des organisations de pilotes, fait observer l’agence de presse belge.

Ryanair rejette les allégations de “chaos”

Dans un communiqué publié ce jeudi par Ryanair, la compagnie “rejette les fausses allégations faites par le syndicat belge de la CNE (Centrale nationale des employés, ndlr) selon lequel la grève prévue par une petite minorité de son personnel de cabine le 28 septembre causerait le chaos”.

Selon la compagnie, la grève du 28 septembre aura un impact limité sur le programme des vols. Ryanair “s’attend à ce qu’une grande majorité de ses équipages de cabine en Espagne, en Italie, en Belgique, aux Pays-Bas et au Portugal travaillent normalement, comme lors des précédentes grèves. Il n’y aura donc pas de ‘voyages chaotiques’ ou de ‘perturbations généralisées’”, affirme la compagnie.

“Si une nouvelle grève a lieu le 28 septembre, comme nous l’avons démontré en Allemagne hier, Ryanair informera au préalable les clients du petit nombre d’annulations de vols, et l’écrasante majorité des vols et services de Ryanair seront opérés comme d’habitude ce jour-là”, a tenu à rassurer le directeur du marketing chez Ryanair, Kenny Jacobs, dans le communiqué.

Des revendications portées devant la Commission européenne

Depuis plusieurs mois et à travers toute l’Europe, les salariés de la compagnie aérienne à bas coût réclament l’instauration d’un vrai dialogue social et l’application des législations nationales sur le travail et non la seule législation irlandaise.

“On continue à discuter malheureusement sans aucun résultat. Ils nous promettent pour 2022 la transformation des contrats en contrats nationaux, c’est beaucoup trop tard pour nous” a indiqué Yves Lambot (responsable du CNE), rapportent les médias belges. “2022, ça va faire partie des obligations qui sont demandées par la Commission européenne. Nous, on veut une application de la loi en 2019.”

Selon les médias belges, les syndicats doivent rencontrer la Commission européenne ce jeudi après-midi “pour lui faire part de leurs griefs” et souhaiteraient l’intervention d’un médiateur européen.