ALGÉRIE
04/12/2016 02h:44 CET | Actualisé 04/12/2016 02h:44 CET

La Russie dit avoir tué l'"émir" de l'EI dans le nord du Caucase

AFP

Le service fédéral de sécurité (FSB) russe a affirmé dimanche avoir tué l'émir du groupe Etat islamique (EI) dans le nord du Caucase au cours d'une opération dans la république russe du Daguestan.

Parmi les bandits neutralisés, ont été identifiés le chef de la branche de l'Etat islamique pour la région du Caucase, Roustam Aselderov, et quatre de ses proches collaborateurs, a déclaré le FSB dans un communiqué.

Roustam Aselderov, 35 ans, également appelé cheikh Abou Mohammad al-Qadari, avait été nommé en juin 2005 par l'EI chef d'un émirat proclamé par le groupe jihadiste dans la région, où les insurgés islamistes locaux venaient de prêter allégeance à l'EI.

Aselderov était auparavant émir de l'EI au Daguestan, l'une des républiques russes du nord du Caucase.

Il avait lui-même prêté allégeance au chef suprême du groupe Etat islamique, Abou Bakr al-Bagdadi, dès décembre 2014, devenant le premier chef islamiste important à l'avoir fait dans le Caucase. Depuis, le groupe a revendiqué la responsabilité de nombreuses attaques contre la police au Daguestan.

En 2015, le département d'Etat américain a imposé des sanctions personnelles à Roustam Aselderov, qualifié de combattant terroriste étranger, après sa désignation par l'EI comme chef de sa branche dans la région.

Selon le FSB, Aselderov, tout en menant des attaques dans le Caucase, a été impliqué dans des attentats à la bombe qui ont fait en 2013 34 morts à Volgograd, une ville du sud de la Russie. Le FSB lui attribue aussi une responsabilité dans deux attentats simultanés à la voiture piégée commis au Daguestan en 2012, qui ont fait 14 morts et au moins 120 blessés.

Ces dernières années, de nombreux insurgés islamistes ont quitté le Caucase pour se joindre au conflit en Syrie et il y a eu moins de violence dans la région.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.