ALGÉRIE
18/08/2019 09h:10 CET | Actualisé 18/08/2019 09h:40 CET

Rush exceptionnel des touristes “aoûtiens” Algériens vers la Tunisie

DR

25.000 Algériens en partance pour la Tunisie ont été enregistrés jeudi dernier par la Police de l’air et des frontières. Un chiffre sans précédent souligne El Watan qui relève que la journée du mercredi 10.000 passages d’Algériens “seulement” ont été enregistrés. La

gestion du flux est fluide du côté algérien. Ce qui n’est pas le cas du côté des  Tunisiens, qui ne semblent pas avoir adapté leur dispositif au rush habituel du mois d’août.

Le rush des “aoûtiens” venant d’Algérie est régulier, mais il semble qu’il est particulièrement plus fort cette année. Beaucoup auraient ainsi attendu de passer l’Aïd au pays avant de prendre le chemin de la Tunisie. La hausse du nombre des touristes Algériens était déjà constatées à la fin juillet 2019.

Le ministre tunisien le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, René Trabelsi relevait avec satisfaction le 15 août dernier qu’à la fin du mois de juillet  le nombre de touristes algériens en Tunisie a connu une hausse de 13% par rapport à la même période en 2019. Le 17 juillet dernier, René Trabelsi qui accompagnait le Premier ministre tunisien, est allé au poste-frontière de Melloula, salué des groupes de touristes algériens. 

Le ministre tunisien a démenti, à juste titre, des informations faisant  état d’une baisse du nombre de touristes algériens, estimant que ce marché qui demeure en augmentation permanente, reste important pour la Tunisie. Sur la page Facebook du ministère du tourisme tunisien, la rencontre du ministre tunisien aux frères “ frères algériens (qui) sont toujours les bienvenus en Tunisie et à tous les passages frontaliers”.

Sur le terrain, au niveau des postes-frontaliers la routine semble persister chez les Tunisiens côté tunisien alors que du côté algérien on a mis les bouchées doubles. Ainsi, indique El Watan, 13 box de la PAF et des douanes ont été mis en service contre 4 habituellement. Les touristes passent rapidement le poste algériens mais ils  “sont bloqués au poste tunisien qui devient un goulot d’étranglement avec tous les désagréments que cela provoque, notamment les passe-droits et la petite corruption…”.