TUNISIE
26/02/2019 12h:54 CET

Ridha Charfeddine accuse la direction de Nidaa Tounes d'entraver l'organisation de son congrès électif

Selon le communiqué, la direction de Nidaa Tounes ne prendrait pas au sérieux le travail, ni même l’existence de son Conseil National.

FETHI BELAID via Getty Images

Une nouvelle crise vient s’ajouter au palmarès de Nidaa Tounes. Sa direction essayerait de faire entrave à l’organisation du congrès électif du parti. C’est ce qu’affirme dans un communiqué le président du Conseil National de Nidaa Tounes, Ridha Charfeddine, qui dénonce une absence de coopération de la part de la direction représentée par Hafedh Caid Essebsi, et d’entrave au travail du conseil, censé organiser le congrès électif du parti en mars 2019.

Selon le communiqué, la direction du parti ne prendrait pas au sérieux le travail, ni même l’existence du Conseil.

“Le Conseil exprime sa profonde inquiétude devant les obstacles auxquels fait face l’organisation du congrès. On n’est toujours pas arrivé à avoir une vision claire sur l’avancement de l’organisation. La feuille de route élaborée à cet effet n’est également pas respectée, en plus de l’absence de coopération de la part de la direction du parti qui n’a cessé d’affaiblir le rôle du Conseil, le considérant comme une simple ‘commission technique’” précise le Conseil de Nidaa Tounes dans son communiqué signé par son président, Ridha Charfeddine.

 

Mais le Conseil dit être déterminé à relever le défi et qu’il fera tout ce qui en son pouvoir pour garantir des élections à même de choisir, dit-il, un leader hautement qualifié et bénéficiant des compétences nécessaires pour faire face aux difficultés par lesquelles passe le pays.

Il attribue également la responsabilité à toutes les parties prenantes, et plus particulièrement à la direction du parti, dans tout ce qui pourrait aller de travers dans l’organisation de ce congrès, appelant les partisans à se mobiliser pour leur parti. 

Les conflits et les démissions se poursuivent depuis des années au sein du parti vainqueur de l’élection législative de 2014. Après les multiples divisions qui avaient marqué le parti, celui-ci se retrouve très affaibli en ce début d’année électorale.

L’année dernière avait également été marquée par des déclarations houleuses de la part de l’ancien membre du parti et chef du Gouvernement, Youssef Chahed, qui avait accusé Hafedh Caid Essebsi d’ “avoir détruit le parti”, une déclaration qui lui a valu des tensions avec le président de la République et fondateur du parti, Béji Caid Essebsi.

Il y a quelques jours, le 22 février, le secrétaire général de Nidaa Tounes, Slim Riahi, a annoncé sa démission après seulement 4 mois de fonction, sans pour autant préciser les vraies raisons de son départ.

Quelques jours plutôt, le comité politique du parti a annoncé le gel de l’adhésion et des activités de Ridha Belhaj au sein de toutes les structures du parti, pour “des dépassements contre le parti, ses structures et ses dirigeants” et ce via des “preuves irréfutables à l’appui”, explique le communiqué signé par Hafedh Caid Essebsi.

En réaction à cette annonce, Ridha Belhadj a affirmé que la décision de son éviction et de son gel “n’a aucun sens, d’autant plus qu’elle émane d’une instance illégale”, accusant Hafedh Caïd Essebsi d’avoir refusé de lui fournir un état des rapports financiers et de l’usage qu’il a fait de l’argent du parti.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.