MAROC
19/07/2018 18h:29 CET

Retraite des députés: "la caisse ne sera pas sauvée par le budget de l’Etat", assure le gouvernement

Position claire!

Parlementma

PARLEMENT - On ne peut plus clair. Le porte-parole du gouvernement et ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, Mustapha El Khalfi, a précisé au point de presse hebdomadaire tenu à l’issue du Conseil de gouvernement de ce jeudi 19 juillet, que la question des retraites des députés reste une affaire du Parlement. “Le président de la commission des Finances de la Chambre des représentants m’a contacté pour inviter le gouvernement à assister à la réunion consacrée aux propositions de lois relatives à la retraite des députés. Je l’ai informé que le gouvernement ne compte pas y prendre part en lui précisant que cette affaire concerne les députés”, déclare-t-il. 

Une affaire de députés dans laquelle le gouvernement n’envisage donc pas de s’immiscer de quelque façon que ce soit. “Notre position est claire à ce sujet et le chef du gouvernement l’avait déjà exprimée: la caisse ne sera pas sauvée par le budget de l’Etat”, tient à souligner Mustapha El Khalfi.

La commission des finances de la 1ère Chambre devait, aujourd’hui, se pencher sur l’examen de trois propositions de lois liées au règlement du problème de la retraite des députés, sauf qu’elle a été reportée, comme l’indique le site du Parlement. Ce qui, pour certains, prouvent les divergences qui opposent les députés sur le sujet. A l’ordre du jour de cette commission, les propositions de loi apportent chacune une vision bien différente de l’autre. Le PJD propose un solde de tout compte visant à restituer aux députés la totalité des prélèvements et de mettre fin au régime. Une proposition de la FGD, elle, consiste en l’annulation de la retraite estimant que la mission d’un député n’est pas un métier comme un autre, mais avant tout une représentativité politique. Une troisième proposition que l’ensemble des groupes a signé à l’exception de la FGD suggère des mesures devant permettre à ce régime de retraite de continuer mais à des conditions plus strictes. 

Ce texte, qui réunit la majorité, a fait l’objet d’un communiqué de presse publié par la première Chambre le 14 juin dernier. Les députés conviennent de ne pas recourir au soutien public pour se contenter uniquement des cotisations des députés. Quatre nouveaux paramètres de base ont été retenus pour cette réforme, à commencer par l’âge de la retraite relevé à 65 ans, alors que l’ancien régime versait la retraite automatiquement à la fin du mandat.