TUNISIE
08/12/2018 18h:16 CET

Retour sur le 3ème congrès national de lutte contre la corruption

En marge de la célébration de la Journée nationale et internationale de lutte contre la corruption, le 9 décembre.

INLUCC- De nouvelles mesures, comprenant la signature de partenariats, la promulgation de décrets réglementaires ou encore le lancement d’un nouveau réseau anti-corruption, ont été annoncées lors du 3ème congrès national de lutte contre la corruption, organisé par l’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC) les 7 et 8 décembre 2018, coïncidant avec la Journée internationale de lutte contre la corruption (9 décembre). 

À l’occasion de ce congrès, des centaines de personnalités politiques ont déposé leur déclaration de patrimoine. Des ateliers pour enfants, le lancement du réseau “Femmes de Tunisie contre la corruption” ou encore l’émission d’un timbre postal par la poste tunisienne ont aussi marqué cette troisième édition du congrès. 

 

Décrets sur le signalement de la corruption

Chawki Tabib, président de l’INLUCC a salué les efforts déployés par le législateur en Tunisie dans le sens de l’amélioration du cadre juridique et institutionnel de la lutte contre la corruption.

Il a ainsi appelé à la promulgation des décrets d’application y afférents et à l’accélération de l’élection des membres du Conseil de la bonne gouvernance et de lutte contre la corruption, une instance constitutionnelle prévue par l’article 13 de la Constitution.

Depuis l’adoption de la loi sur le signalement de la corruption et la protection des dénonciateurs, l’INLUCC a, à maintes reprises, appelé à la promulgation des deux décrets réglementaires prévus par cette même loi afin d’activer l’opération de signalement de la corruption et de l’encourager en plus de la protection des dénonciateurs.

Ces textes accordent des incitations aux structures en charge de la prévention de la corruption, définit les mécanismes et les critères d’octroi de récompenses aux dénonciateurs qui ont pu empêcher des crimes de corruption dans le secteur public, dévoiler ses auteurs et permis de restituer les fonds extorqués.

Le chef du gouvernement Youssef Chahed a affirmé samedi que deux décrets réglementaires relatifs à la loi n°10 de 2017 sur le signalement de la corruption et la protection des dénonciateurs seront bientôt promulgués.

Projets de loi

Evoquant l’élection dans les prochains jours des membres du conseil de l’Instance de la bonne gouvernance et de lutte contre la corruption, Mohamed Ennaceur,  a indiqué que plusieurs commissions de l’ARP sont en train d’examiner 4 projets de loi en relation avec la question de la corruption, dont le projet de loi organique relatif à la Cour des comptes.

“Il faut asseoir une culture contre la corruption et les corrompus”, a-t-il insisté.

 

Le Président de l’ARP a exprimé le souhait de voir les éducateurs, les hommes de culture, les intellectuels, les penseurs et les médias contribuer aux efforts de lutte contre la corruption en vue de prémunir la société contre les défaillances pouvant engendrer des pratiques de corruption.

Pour lui, la lutte contre la corruption exige la mise en place d’un dispositif global s’appuyant sur une vision rationnelle et des stratégies efficaces qui se conforment à la loi et qui doivent être exécutées d’une manière ferme.

“Une responsabilité sociétale”

Pour sa part, le secrétaire général de l’Union du Maghreb arabe (UMA), Taieb Baccouche a souligné la nécessité d’être précis en ce qui concerne la notion de corruption et des personnes impliquées en la matière. Car, a-t-il précisé, l’usage de cette expression est parfois inapproprié et exige une clarification.

Selon lui, la lutte contre la corruption est une responsabilité sociétale tributaire d’une participation citoyenne et de celle des institutions de l’Etat et de la société civile.

Les participants à ce congrès, organisé avec le soutien du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et de l’Agence coréenne de coopération internationale (KOICA), débattront des réalisations enregistrées en matière de lutte contre la corruption et présenteront les recommandations nécessaires pour les prochaines périodes.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.