MAROC
07/11/2018 09h:37 CET

Résultats midterms: poussée démocrate mais pas de "vague" anti-Trump

S'il est acquis que les démocrates ont gagné la chambre des représentants, le Sénat reste sous pavillon républicain.

HuffPost

MIDTERMS 2018 - Tous les bulletins n’ont pas été dépouillés, mais les premières conclusions de ce scrutin sont limpides. Les démocrates ont engrangé mardi 6 novembre une victoire précieuse dans les élections de mi-mandat en prenant le contrôle partiel du Congrès mais la “vague” anti-Trump un temps annoncée n’a pas eu lieu.

Deux ans après la victoire choc de Donald Trump, propulsé à la Maison Blanche sans la moindre expérience politique ou diplomatique, les Américains se sont pressés en nombre dans les bureaux de vote à travers le pays. Selon diverses estimations des chaînes américaines, les démocrates ont repris le contrôle de la Chambre des représentants pour la première fois depuis 2010. Les républicains, de leur côté, ont conservé leur majorité au Sénat, qu’il pourraient même accroître d’un ou deux sièges.

Les Etats-Unis se retrouveront donc, en janvier 2019, avec un 116e Congrès divisé, ce qui devrait limiter la marge de manoeuvre du 45e président des Etats-Unis, jusqu’aux prochaines élections, législatives et présidentielle, prévues en novembre 2020.

Les élections de mi-mandat sont traditionnellement délicates pour le président en place. Mais la perte de la Chambre, en dépit des excellents chiffres de l’économie américaine, reste un revers pour le magnat de l’immobilier tant il avait fait de ce rendez-vous un véritable référendum sur sa personne. En milieu de soirée, la porte-parole de la Maison Blanche a exprimé une forme d’optimisme. “A ce stade, nous sommes satisfaits mais la nuit est encore longue”, a déclaré Sarah Sanders sur Fox News.

 

Sur Twitter, le président américain a vanté “un excellent succès”.

Le jeune espoir démocrate Beto O’Rourke, qui avait reçu tardivement le soutien de la chanteuse Beyoncé, n’a pas réussi à créer la surprise au Texas. Le sénateur sortant Ted Cruz, auquel Donald Trump était venu prêter main forte, a été réélu à l’issue d’une course très serrée.

La carte électorale sénatoriale jouait, cette année, en faveur des républicains: le renouvellement par tiers concernait des Etats majoritairement conservateurs.

Le nombre de votants n’est pas centralisé par une autorité électorale unique aux Etats-Unis, mais au Texas, à New York ou dans le Maryland, électeurs et scrutateurs interrogés par l’AFP semblaient surpris par l’affluence.