MAGHREB
03/07/2014 12h:33 CET

L'utilisation des réseaux sociaux en Tunisie et dans le reste du monde arabe: Qui? Combien? Comment?

shutterstock

"Avec environ 82 millions d’utilisateurs Facebook et 5,8 millions sur Twitter dans le monde arabe aujourd’hui, plus de 22% des Arabes utilisent activement les réseaux sociaux", a déclaré Fadi Salem, co-auteur du dernier rapport "Arab Social Media Report" menée par la Dubai School of Governement.

En plus de s’intéresser à l’influence de ces plateformes sur "l’engagement citoyen et l’intégration sociale", le rapport dissèque également l’utilisation des principaux réseaux sociaux (Facebook, Twitter et LinkedIn) et son évolution entre mai 2013 et mai 2014 dans 22 pays arabes.

Résultat: comme dans le reste du monde, la connectivité ne cesse d’augmenter, aussi bien chez les citoyens que d’un point de vue politique, social et commercial.

Sans compter que d’après un rapport publié en Juillet 2013 par The Online Project, l’activité des internautes arabes sur Twitter et Facebook augmente d’environ 30% pendant le Ramadan!

Moins peuplées que la plupart des autres pays arabes, la Tunisie n’échappe pas non plus à ce cyber-engouement, avec un taux de pénétration (pourcentage d'utilisateurs par rapport à la population totale) parmi les plus élevés.

4,6 millions de Tunisiens sur Facebook

Derrière le Maroc (7,2 millions) et l’Algérie (6,2 millions) en nombre d’utilisateurs Facebook, la Tunisie (4,6 millions d’utilisateurs, dont 400 000 nouveaux depuis janvier 2014) se classe néanmoins 6ème en terme de taux de pénétration, en tête des pays maghrébins.

68% des utilisateurs tunisiens du réseau social de Mark Zuckerberg ont entre 15 et 29 ans, et la parité est (quasi) de rigueur avec 58% d’hommes et 42% de femmes.

Quant à la langue utilisée, c’est toujours le français qui prime en Tunisie, Algérie et au Maroc, devant l’anglais et l’arabe.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Twitter est la plateforme la moins populaire des trois, derrière le réseau social professionnel LinkedIn (8,5 millions d’utilisateurs), avec seulement 5,8 millions d’utilisateurs actifs dans le monde arabe en mars 2014, dont plus de 40% en Arabie saoudite.

L’Egypte en compte environ 1 million, le Maroc 77 000, l’Algérie et la Tunisie autour de 37 000.

Le taux de pénétration de LinkedIn dans les pays arabes a, lui, quasiment doublé entre mai 2013 et mai 2014.

Les réseaux sociaux rendent les gouvernements arabes plus "accessibles"

La moitié des internautes dans les pays arabes ont une "perception positive des réseaux sociaux pour leur impact sur la transparence et l’accessibilité du gouvernement", a révélé le rapport.

"Nous sommes encore au commencement d’une ère où la technologie donne du pouvoir au public et permet des opportunités de collaboration entre le gouvernement et la société", d’après Fadi Salem.

Alors que 63% des personnes interrogées dans le monde arabe disent consulter des pages officielles du gouvernement sur les réseaux sociaux au moins une fois par semaine (voir même plusieurs fois par jour), nombreux sont les citoyens qui déplorent un manque de réactivité et de communication de la part de ces pages et les considèrent comme "une source d’information unilatérale".

De plus en plus d’hommes et de femmes politiques, de ministères et de services publics ont en effet une ou plusieurs pages officielles sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Youtube…), à l’image du président syrien Bachar Al Assad, de la présidence tunisienne ou encore de la ministre du tourisme tunisien Amel Karboul.

LIRE AUSSI:

Réseaux sociaux: 5 manières dont ils influencent nos comportements

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.