TUNISIE
02/10/2018 19h:58 CET

Rentrée parlementaire: Nouvelle répartition des groupes dans l'hémicycle

“Est-ce que l’ARP actuelle est encore légitime et est-ce que c’est pour ce même Parlement que les électeurs Tunisiens ont voté en 2014? Il y’a beaucoup de doutes à ce sujet”

Zoubeir Souissi / Reuters

C’est la rentrée parlementaire! La plénière d’ouverture de la 5ème session parlementaire ordinaire de la première législature a été tenue ce mardi 2 octobre 2018. Le président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Mohamed Ennaceur a présenté, ainsi, la nouvelle répartition des groupes dans l’hémicycle qui compte 217 députés.

La donne change 

C’est en effet le mouvement Ennahdha qui est en du classement des blocs parlementaires avec 68 députés, suivi du bloc Coalition nationale (47 députés), Nidaa Tounes (43 députés), Front populaire (15 députés), Al Horra de Machrou Tounes (14 députés), le bloc démocrate (12 députés) et le bloc Allégeance à la patrie (11 députés). 7 députés n’ont rejoint aucun bloc parlementaire.

De ce fait, Mohamed Ennaceur a souligné la nécessité pour les partis politiques, les mouvements et organisations ainsi que les composantes de la société civile de faire preuve de responsabilité, d’opter pour le dialogue comme moyen de résolution des conflits et de faire passer l’intérêt du pays au-dessus de toute autre considération.

“Je suis convaincu que nous pouvons surmonter toutes les crises de quelque nature qu’elles soient car la loyauté envers la patrie est la voie que nous empruntons” annonce-t-il.

Selon le président de l’ARP, la crise que connaît le pays exige de faire preuve de sagesse et demande les efforts de tous les Tunisiens pour surmonter les difficultés rencontrées dans le pays.

De nouveaux défis

Sur un autre plan, Ennaceur a indiqué que malgré l’amélioration relative du rôle de supervision de l’ARP lors de la précédente session à travers l’organisation des séances de dialogue et le suivi des questions écrites et orales, cette fonction du parlement a besoin d’être optimisée, particulièrement par rapport à deux questions essentielles.

La première concerne l’impératif d’élaborer les textes réglementaires des projets de loi adoptés dans les délais fixés, tandis que la deuxième concerne l’évaluation périodique et continue de l’impact des lois adoptées sur le quotidien des Tunisiens.

Ennaceur a, par ailleurs, affirmé que le parlement continuera de lutter contre le phénomène d’absentéisme à travers la diffusion de la liste des députés absents et les prélèvements sur leurs indemnités”.

Il a ajouté que tout sera mis en oeuvre pour élaborer un code de conduite pour les députés.
Il est a rappeler que le groupe parlementaire de Nidaa Tounes a déposé lundi soir un recours auprès du bureau de l’ARP contre l’adhésion de ses députés au sein du nouveau groupe parlementaire “Coalition nationale” sans présenter leur démission du parti.

Le bureau de l’ARP a rejeté ce recours en l’absence d’une disposition dans le règlement intérieur du parlement interdisant le changement de groupe.

La reconfiguration du paysage politique a suscité des réactions de part et d’autres. Certains ont estimé que le tourisme partisan à savoir la migration des élus d’une formation à une autre relève de l’opportunisme politique.

“Est-ce que l’ARP actuelle est encore légitime et est-ce que c’est pour ce même Parlement que les électeurs Tunisiens ont voté en 2014? Il y’a beaucoup de doutes à ce sujet” se demande le dirigeant au mouvement ″Nida Tounes″ Faouzi Elloumi. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.