TUNISIE
13/11/2018 13h:37 CET

René Trabelsi, nouveau ministre du Tourisme: "Je pardonne à tout le monde"

Sa nomination à la tête du ministère du Tourisme, a fait sensation.

Zoubeir Souissi / Reuters

Fraichement élu à la tête du ministère du Tourisme, René Trabelsi n’a pas pu s’empêcher d’exprimer sa joie et son émotion. “C’est une journée historique pour moi et pour toute la Tunisie” se réjouit-il dans une déclaration, accordée aux médias après le vote.

“Cela fait plus que 20 ans que je suis actif dans le domaine du tourisme” précise-t-il en assurant qu’il a plusieurs idées et programmes en tête qui pourraient bien changer le visage de ce secteur qui suffoque depuis quelques années.

 

Parmi les priorités de René Trabelsi, voyagiste de confession juive et co-organisateur du célèbre pèlerinage de la Ghriba, figure la valorisation du tourisme culturel, sportif et saharien. Il table sur 9 millions de touristes en Tunisie en 2019. 

En effet, pour répondre à cet objectif, il compte créer une dynamique touristique en hiver en drainant plus de touristes et en développant de nouvelles alternatives au tourisme balnéaire, classique. 

S’agissant de la vague de critiques portée à son encontre, René Trabelsi a estimé que “toutes ces accusations  et ces enchères ne le concernent pas”.

“Je suis Tunisien et tout le monde sait que je suis Tunisien” martèle-t-il en ajoutant: “j’aime mon pays et je souhaite que tout le monde aime la Tunisie et œuvre à son service”.

“Je pardonne à tout le monde et que Dieu les guide!” conclut-il en réponses aux nombreuses critiques l’ayant visé après sa nomination par le chef du gouvernement Youssef Chahed.

 

La journée du 12 novembre 2018 était cruciale pour le successeur de Selma Elloumi. 127 députés sur les 160 lui ont accordé leur confiance. 

Le chef du gouvernement a affirmé que René Trabelsi était un citoyen tunisien et “comme tout citoyen tunisien, il a le droit de jouir de ses droits politiques comme le prévoit la constitution” a-t-il affirmé balayant également les craintes de certains députés sur un éventuel conflit d’intérêt, étant donné que l’homme d’affaires est à la tête d’agences de voyage: “Il a quitté tous les postes qu’il occupait” a assuré Youssef Chahed appelant à profiter de l’expérience de personnes issues du secteur privé au sein des hautes fonctions de l’État.

Ainsi, René Trabelsi est le troisième homme de confession juive à accéder au poste de ministre en Tunisie, plus d’un demi-siècle après Albert Bessis (1955) et André Barouch (1956).

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.