MAROC
09/02/2015 15h:15 CET | Actualisé 09/02/2015 15h:59 CET

Rencontre Mohammed VI-François Hollande: La fin d'une crise qui dure depuis un an

MAP
Rencontre Mohammed VI-François Hollande: La fin d'une crise qui dure depuis un an

DIPLOMATIE - Reçu lundi 9 février à l’Elysée par François Hollande, le roi Mohammed VI tourne la page.

Le communiqué officiel issu de la rencontre précise que "les deux chefs d’Etat ont abordé l’ensemble des questions régionales et internationales" et qu’ils ont "souligné la pleine vigueur du partenariat d’exception qui lie le Maroc et la France."

Le 31 janvier, les deux ministres des deux pays, instruits par leurs autorités respectives, ont mis leur signature au bas d’un accord visant à modifier la convention d’entraide judiciaire. Mustapha Ramid et Christiane Taubira, que tout sépare, ont surmonté leurs divergences et leurs susceptibilités nationales pour revoir ce texte qui n’a pas permis d’empêcher la convocation judiciaire d’Abdellatif Hammouch, le 20 février 2014.

En plus de la suspension de la coopération judiciaire, il s’était ensuivi une brouille médiatique et politique: suspension de plusieurs visites prévues de longue date, report sine die de la Réunion de Haut Niveau (RHN) réunissant les deux chefs de gouvernements.

Celle-ci devrait se tenir bientôt, après la rencontre du 9 février. Le communiqué conjoint ajoute que François Hollande et Mohammed VI ont “également souligné la détermination de la France et du Maroc à lutter ensemble contre le terrorisme et à coopérer pleinement dans le domaine de la sécurité.”

Une allusion à la reprise de la pleine coopération sécuritaire et antiterroriste, pour laquelle Hammouchi jouait un rôle éminent, arrêté depuis un an, ce qui avait contraint l’Espagne à jouer les intermédiaires.

A l’aune des attentats qui ont frappé la France, début janvier, plusieurs responsables politiques de droite ont regretté la défaillance d’un allié dont l’expertise était reconnue sur les réseaux islamistes radicaux.

La visite royale intervient au moment où le journal Le Monde révèle que Mohammed VI aurait possédé un compte chez HSBC dont le montant maximum aurait atteint 9 millions de $ (7,9 millions d'euros), entre 2006 et 2007.

Selon plusieurs sources du HuffPost Maroc, c'est "l'implication personnelle des deux chefs d'Etat qui a permis de mettre un terme à la crise entre Paris et Rabat". "Le Maroc estime que le temps est venu que la relation soit basée sur un partenariat d'égal à égal", poursuit la même source.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.