TUNISIE
16/03/2018 11h:17 CET

Rencontre entre Rached Ghannouchi et Noureddine Taboubi qui "cherchent à unifier les points de vue"

Une réunion qui fait suite à celle des signataires de l'Accord de Carthage.

Facebook/Ennahdha

La rencontre jeudi entre le président du Mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, et le président de l’Union Générale des Travailleurs de Tunisie (UGTT), Noureddine Taboubi, a porté “sur un échange des points de vue sur les questions relatives aux priorités fixées par la commission issue du document de Carthage et la méthodologie dans le traitement des grandes questions” de l’heure, a déclaré à l’agence TAP le porte-parole du Mouvement, Imed Khemiri. 

“Le leader du Mouvement a souligné la nécessité de poursuivre le dialogue sur les grandes réformes et chercher à unifier les points de vue sur les questions litigieuses entre les signataires du document de Carthage”, a-t-il ajouté. 

Le dirigeant de la centrale syndical a diffusé de son côté sur sa page Facebook un bref communiqué où il a indiqué que l’entretien entre Taboubi et Ghannouchi, tenu au siège de l’union syndical des travailleurs du Maghreb arabe, “a porté sur la situation politique, économique et social dans le pays et les moyens de surmonter la situation actuelle”.

 

Réunis mardi au palais de Carthage sous la présidence du Président Béji Caïd Essebsi, les signataires du Document de Carthage avaient décidé la création d’une Commission qui aura pour mission de définir les priorités de l’économie nationale et de proposer les réformes y afférentes. 

Cette commission sera composée de deux représentants de chaque parti et de chaque organisation signataires du Document de Carthage. 

Selon des déclarations concordantes des participants à la réunion, la Commission va étudier la possibilité d’opérer un remaniement ministériel sur la base d’une évaluation du rendement du gouvernement et d’une feuille de route.

Rached Ghannouchi avait indiqué à cet égard que “la Tunisie ne vit pas une crise de pouvoir mais une crise de consensus sur les réformes économiques et les lois”. 

De son côté, Taboubi avait affirmé que tous les participants ont été “unanimes à tirer sonnette d’alarme”. “Il n’y avait pas de divergences sur les indicateurs négatifs de la conjoncture économique et sociale en Tunisie, la réunion s’est déroulée dans un climat de grande franchise et a permis de soulever les profonds problèmes et les défis à relever”, avait-il ajouté. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.