TUNISIE
05/11/2018 20h:16 CET | Actualisé 06/11/2018 11h:38 CET

Remaniement ministériel: Qui sont les nouveaux ministres

L'attente aura été longue.

FETHI BELAID via Getty Images

Depuis quelques semaines, les rumeurs et les spéculations relatives à un remaniement ministériel battent leur plein. Entre “complet” ou “partiel”, de “technocrates” ou “politisé”, la discrétion du palais de la Kasbah ne cesse d’alimenter les spéculations. 

Mais en ce lundi 5 novembre, Youssef Chahed a mis fin au suspens en annonçant la composition de sa nouvelle équipe.

Une décision qui intervient quelques heures après sa rencontre avec le président de la République, Béji Caïd Essebsi. 

Basé sur la recherche de compétences pour mettre fin à la crise notamment économique et sociale selon une feuille de route claire

La composition gouvernementale se présente comme suit :

Ministre de la Défense nationale : Abdelkrim Zbidi

Ministre de l’Intérieur : Hichem Fourati

Ministre des Affaires étrangères : Khemaies Jhinaoui

Ministre de la Justice : Karim Jamoussi

Ministre des Finances : Ridha Chalghoum

Ministre des Affaires religieuses : Ahmed Adhoum

Ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale : Zied Laadhari

Ministre de l’Education nationale : Hatem Ben Salem

Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique : Slim Khalbous

Ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle : Sayida Ounissi

Ministre de la Santé publique : Abderraouf Cherif

Ministre des Affaires locales et de l’Environnement : Mokhtar Hammami 

Ministre des Affaires sociales : Mohamed Trabelsi 

Ministre des Affaires culturelles : Mohamed Zine El Abidine

Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance : Naziha Laabidi

Ministre du Commerce : Omar El Behi

Ministre de l’Industrie et des PME: Slim Feriani

Ministre de la Jeunesse et des Sports : Sonia Ben Cheikh

Ministre du Transport : Hichem Ben Ahmed 

Ministre des Domaines de l’Etat : Hedi Makni

Ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche : Samir Bettaieb

Ministre de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire : Noureddine Selmi

Ministre du Tourisme et de l’Artisanat : René Trabelsi

Ministre des Technologies de l’information et de l’Economie numérique : Anouar Maarouf

Ministre de la Fonction publique: Kamel Morjane

Ministre chargé des Relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement : Iyad Dahmani

Ministre auprès du chef du gouvernement chargé de l’Immigration et des TRE: Radhouane Ayara

Ministre chargé des Relations avec les Instances constitutionnelles, la Société civile et les Organisations des droits de l’Homme : Fadhel Mahfoudh

Ministre auprès du chef du gouvernement chargé de l’Économie sociale et solidaire: Chokri Belhassen

Secrétaire d’État à l’Industrie et des PME chargé des PME: Habib Debbabi

Secrétaire d’État au Sport: Ahmed Gaaloul

Secrétaire d’État au Transport: Adel Jarboui

Secrétaire d’État chargé du Commerce intérieur: Samir Bechouel

Secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires locales et de l’environnement: Bassma Jebali

Les entrants et les revenants

Parmi les nouveaux entrants au gouvernement, Youssef Chahed a adressé un message fort d’ouverture en nommant René Trabelsi, un tunisien de confession juive, homme d’affaires et membre de la commission d’organisation du pèlerinage d’El Ghriba au ministère du Tourisme en remplacement de Salma Elloumi Rekik, nommée directrice de cabinet au Palais de Carthage.

L’ancien président de l’Ordre National des Avocat, et prix Nobel de la Paix en tant que membre du quartet national Fadhel Mahfoudh récupère le ministère chargé des Droits de l’homme et des relations avec la société civile en remplacement de Mehdi Ben Gharbia, qui avait démissionné en juillet dernier sans être remplacé.

Le ministère des Domaines de l’État revient à un proche de Youssef Chahed: Hédi Makni, ancien directeur de cabinet du chef du gouvernement et ancien secrétaire général du gouvernement. Il remplace ainsi Mabrouk Korchid.

Une autre personnalité réputée proche du chef du gouvernement, fait son entrée à la Justice en remplacement de Ghazi Jeribi. Il s’agit de Karim Jamoussi, magistrat et ancien secrétaire d’État chargé des Domaines de l’État sous Mehdi Jomaa. Il avait été pressenti pour être le directeur de cabinet de Youssef Chahed en septembre 2017.

Abderraouf Cherif, président du bloc parlementaire d’Al Horra, se retrouve propulsé à la Santé en remplacement d’Imed Hammami.

Un autre Hammami fait son entrée au gouvernement. Plusieurs fois annoncé et shortlisté, Mokhtar Hammami, président de l’Instance de Prospective et d’accompagnement du processus de décentralisation et ancien directeur général des collectivités locales, est nommé ministre des Affaires locales et de l’environnement.

Noureddine Selmi, ancien chef de Cabinet du ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique récupère quant à lui le ministère de l’Équipement.

Ahmed Gaaloul, ancien président de la Fédération tunisienne de taekwondo fait son entrée au gouvernement au poste de secrétaire d’État au Sport.

L’ancien Directeur général de l’APII (Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation) se voit offrir le poste de secrétaire d’État chargé du Commerce intérieur.

La députée d’Ennahdha Basma Jebali se voit quant à elle obtenir le poste de secrétaire d’État chargé des Collectivités locales.

Le revenant est l’ancien candidat à l’élection présidentielle en 2014, ancien ministre de la Défense et des Affaires étrangères sous Ben Ali, Kamel Morjane, qui fait son retour dans un gouvernement au poste de ministre chargé de la Fonction publique.

Les mouvements internes

Le jeu des chaises musicales a permis à certaines figures du gouvernement Chahed 2 de rester au sein du gouvernement mais à des postes différents.

L’ancienne secrétaire d’État à la Santé Sonia Ben Cheikh se retrouve à la tête du ministère de la Jeunesse et des sports à la place de Majdouline Cherni.

La membre du parti Ennahdha et ancienne secrétaire d’État à la Formation professionnelle chargée de l’Initiative privée Sayida Ounissi monte en grade et récupère le portefeuille de l’Emploi.

Hichem Ben Ahmed, ancien secrétaire d’État au Commerce chargé du Commerce extérieur devient ministre du Transport. Il remplace Radhouane Ayara qui lui récupère le poste de ministre auprès du chef du gouvernement chargé de l’Immigration et des TRE.

L’ancien secrétaire d’État tunisien aux Affaires locales chargé de l’Environnement, Chokri Belhassen devient ministre auprès du chef du gouvernement chargé de l’économie sociale et solidaire.

Habib Debabbi, ancien secrétaire d’État chargé de l’Économie numérique devient secrétaire d’État chargé des PME.

L’ancien secrétaire d’État chargé des TRE Adel Jarboui se voit nommer secrétaire d’État au Transport.

Ceux qui quittent le gouvernement

Ils sont 7 ministres à quitter le gouvernement.

La ministre de la Jeunesse et des sports Majdouline Cherni, qui fait face à un mandat d’amener de la part de la Justice, quitte le gouvernement.

C’est également le cas de Ghazi Jeribi,ministre de la Justice, qui avait annoncé à demi-mots, lundi après-midi son départ du gouvernement.

Une surprise a été remarquée parmi les sortants, celle du ministre des Affaires locales Riadh Mouakher, qui selon les rumeurs devait récupérer la Santé. Il n’en a rien été. Proche du chef du gouvernement, il pourrait faire partie de la garde rapprochée de Youssef Chahed en vue des prochaines élections.

Autre ancien d’Afek Tounes à quitter le gouvernement, Faouzi Ben Abdherahman qui cède sa place à sa secrétaire d’État Sayida Ounissi au ministère de l’Emploi.

Imed Hammami, paye lui ses nombreux dérapages à la tête de la Santé et notamment les tensions issues de la pénurie de médicaments qu’a connu le pays.

Les récents problèmes liés à l’infrastructures, après les fortes inondations qui ont touché le pays, auront eu raison du ministre de l’Équipement Mohaed Salah Arfaoui.

Autre sortant, Mabrouk Korchid, ministre du Domaine de l’État remplacé par Hedi Makni.

Ce remaniement doit mettre fin à une période de flottement, déclenchée par des démissions et des départs fracassants. En effet, à travers ce changement, Youssef Chahed, poussé à mainte reprises vers la sortie, espère apporter un nouveau souffle à son gouvernement et couper court aux critiques. Pour certains, ce changement pourrait être une tournure pour échapper au vote de confiance du parlement.   

Il est à rappeler que le 6 septembre 2017, Youssef Chahed a procédé à un vaste remaniement ministériel touchant la majorité des ministères.  

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.