MAROC
14/09/2018 16h:39 CET

Relations Maroc-UE: priorité au développement social et à la compétitivité du secteur privé

Des accords ont été signés ce vendredi, dans le cadre de la visite du commissaire européen à la politique de voisinage.

Twitter / Johannes Hahn

INTERNATIONAL - Deux accords prioritaires ont été paraphés par Johannes Hahn, Commissaire européen à la politique européenne de voisinage et aux négociations d’élargissement, et le ministre de l’Économie et des finances, Mohamed Benchaâboune, lors d’une rencontre ce vendredi à Rabat. 

Après des discussions autour de la voie à suivre pour les relations bilatérales Maroc-Union européenne, priorité a été donnée au développement social et à la compétitivité du secteur privé au Maroc afin de renforcer les programmes “Compétitivité et croissance verte” et “d’appui à la réforme de la protection sociale au Maroc”. 

Portant sur un investissement de plus de 1,15 milliards de dirhams, “Compétitivité et croissance verte” appuie au Maroc le statut d’auto-entrepreneur, les primo-exportateurs, le climat des affaires et l’émergence des filières de recyclage. 

“Le développement des start-up et de l’innovation est l’un des maillons essentiels à la prospérité d’une économie”, a souligné, à cette occasion Johannes Hahn, ajoutant qu’en mobilisant plus de 231 millions de dirhams sur l’appui à la nouvelle Stratégie Nationale d’Inclusion Financière et en particulier au programme Innov’Invest mis en œuvre par la Caisse Centrale de Garantie (CCG), l’UE souhaite contribuer au développement d’un secteur privé marocain compétitif, productif et créateur d’emplois décents. 

Il appelle ainsi à miser sur les jeunes entreprises et leur fournir un meilleur accès au financement de leur projets pour permettre de “dynamiser l’économie pour le bénéfice de la population”. 

Vers une protection sociale plus juste au Maroc

Par ailleurs, M. Hahn, cité par la délégation de l’UE au Maroc dans un communiqué, a fait savoir que l’appui à la réforme de la protection sociale au Maroc “est un nouveau chapitre de notre partenariat renforcé qui va permettre d’avancer ensemble vers un système de société plus juste et plus égalitaire”.

Ce programme, d’un montant de plus de 1,19 MMDH, vise à soutenir les efforts du gouvernement et contribuer à la réduction des inégalités et à améliorer la cohésion sociale et du développement humain de la société marocaine à travers la promotion de l’accès équitable aux services sociaux de base selon une approche de droit.

De son côté, le nouveau ministre de l’Economie et des finances, M. Benchaâboun, a indiqué, dans une déclaration à la presse à l’issue de la cérémonie de signature de ces accords, que la visite du commissaire européen a été “une occasion d’examiner les différents volets de la coopération entre le Maroc et l’UE” et d’établir le bilan des réalisations pour la période 2014-2017. 

“C’était également l’occasion de préparer les dossiers sur lesquels nous allons travailler sur la période prochaine qui va s’étendre jusqu’à 2020, ainsi que de développer le volet économique des relations Maroc-UE”, a-t-il ajouté. Dans ce sens, les discussions ont porté sur des outils innovants visant à faire évoluer la PME marocaine qui sont en cours d’examen, a noté Benchaâboun, faisant remarquer que “des équipes de travail, du côté marocain et européen se pencheront les semaines à venir, sur cette question pour essayer d’insérer ces mécanismes innovants dans les programmes 2019 et 2020”.

“Les échanges productifs avec le chef du gouvernement marocain Saad-Eddine El Othmani ont prouvé que nous avons de nombreux buts similaires et une vision commune! L’Europe et le Maroc peuvent faire tellement de choses dans leurs intérêts communs pour l’Afrique entière”, a tweeté Hahn à la suite de sa visite avec le premier ministre.

Le Maroc un partenaire stratégique pour l’Union Européenne

Le commissaire européen s’est également entretenu avec le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita au sujet du maintien de la paix et du développement de la région, auquel le Maroc contribue de manière significative, selon le diplomate européen. 

Il a mis en avant les avancées enregistrées suite à l’adoption des Accords agricole et de pêche Maroc-UE, relevant que ces accords constituent une base solide pour dynamiser à nouveau le partenariat entre le royaume et l’UE.

“Notre visite a pour objectif de donner une nouvelle impulsion aux relations maroco-européennes, et ne pas se contenter d’un partenariat normal”, a-t-il précisé, saluant les propositions du Maroc pour une approche progressive. 

De son côté, Nasser Bourita souligne que “cette visite intervient dans un contexte très particulier, un contexte où le partenariat a été attaqué de l’extérieur par des parties bien connues”, relevant que le Maroc et l’UE se sont mobilisés pour préserver ce partenariat.

“Cette visite est un signal fort et positif que non seulement nous travaillons pour immuniser notre relation, mais, aussi, nous réfléchissons aux moyens de les développer davantage à l’avenir (...) Le Maroc et l’UE qui partagent des relations très anciennes, sont amenés aujourd’hui à adapter ces relations au nouveau contexte et aux attentes des deux parties”, a souligné M. Bourita à l’issue d’une conférence où les questions de sécurité, d’immigration, de commerce et d’éducation étaient à l’ordre du jour.