ALGÉRIE
17/02/2016 07h:39 CET | Actualisé 17/02/2016 07h:39 CET

Comment l'ONU utilise la reconnaissance de l'iris pour nourrir les réfugiés syriens

ONU
Des outils de reconnaissance d'iris ont été mis en place dans un camp de réfugiés syriens en Jordanie.

Pour recevoir de l'aide alimentaire, les réfugiés syriens en Jordanie n'ont plus besoin d'avoir de carte de crédit ou de coupons, mais regardent simplement une drôle de machine.

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies a mis en place depuis mardi 16 février "un système de paiement novateur utilisant le scan de l’iris", précise l'ONU dans un communiqué. Ces systèmes de paiements ont vocation à être mis en place dans les commerces des camps de réfugiés, avec une première expérimentation dans le camp de King Abdullah Park.

"C’est une étape importante dans l’évolution de notre programme d’assistance alimentaire, qui a été créé dès les premiers mois de la crise en Syrie, lorsque nous distribuions des colis alimentaires", a déclaré le directeur du PAM en Jordanie, Mageed Yahia.

Au début de la crise des réfugiés, l'ONU a commencé à distribuer, notamment en Jordanie, des repas chauds. Mais quand le nombre de réfugiés a explosé, l'organisation a mis en place des systèmes plus souples, basés sur des cartes de crédit et un compte spécial réapprovisionné chaque mois, précise Mashable.

"Mais parfois, comme n'importe qui, les réfugiés peuvent oublier leur code secret ou égarer leurs cartes", explique Dina El-Kassaby, porte-parole du PAM, au site. "Ou bien ils vont quitter le pays et ne pas prendre leur carte avec eux. Parfois même, on peut leur voler. La reconnaissance de l'iris empêche tous ces problèmes".

La Jordanie accueille près de 650.000 réfugiés syriens, soit 10% de sa population, selon Amnesty International. 80% vivent en dessous du seuil de pauvreté local, précise l'association.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.