ALGÉRIE
06/01/2019 12h:44 CET

Refoulement de ressortissants syriens: Noureddine Bedoui explique la décision des autorités

Facebook/bedouinouredine

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a commenté le refoulement de ressortissants syriens vers le Niger.

En visite ministérielle de trois jours dans la wilaya de Tamranrasset, où il a inauguré un centre d’hébergement de migrants clandestins, il a justifié la décision des autorités algériennes de refouler ces individus, considérés comme “jihadistes de l’armée syrienne libre”. M. Bedoui a évoqué “des groupes ayant des relations avec ce qui se passe dans quelques pays arabes et qui tentent de rejoindre l’Algérie de manière illégale”, rapportait El Khabar samedi 05 janvier 2019.

Fin décembre, des dizaines d’individus ont été refoulés aux frontières de l’Algérie avec le Niger. La LADDH a affirmé qu’il s’agissait d’une cinquantaine de migrants, syriens en majorité, yéménites et palestiniens dans un communiqué de presse.

Quelques jours plus tard, Hassan Kacimi, directeur au ministère de l’Intérieur chargé du centre opérationnel du ministère et du dossier de la migration, a affirmé que ces individus étaient de “jihadistes” de l’armée syrienne libre (ASL).

En visite ministérielle à Tamanrasset, Noureddine Bedoui a commenté cette polémique, emboîtant le pas à son subordonné. Il a justifié la décision des autorités publiques en évoquant “la priorité de la sécurité de l’Algérie”. 

Lors de son intervention, selon El Khabar, il a fait savoir que “l’Algérie fait face à plusieurs dangers, notamment ceux inhérents à des groupes ayant des relations avec ce qui se passe dans quelques pays arabes et qui tentent d’entrer en Algérie de manière illégale”. 

Il a affirmé que le “citoyen algérien est conscient et soutient les institutions de l’Etat pour protéger les acquis de la réconciliation et de la stabilité”. 

Le ministre de l’Intérieur a par la suite appelé les Algériens ”à faire confiance aux institutions de l’Etat et à l’armée populaire nationale dans la protection du territoire national”, dont la sécurité “est la ligne rouge”. 

 

Il a par ailleurs affirmé que l’Etat a “mobilisé tous les moyens pour la prise en charge totale des migrants clandestins dans leur retour à leurs pays d’origine”.

Il s’exprimant lors de l’inauguration d’un centre d’hébergement de migrants clandestins, ajoutant que ‘‘trois centres d’hébergement de migrants clandestins ont été réalisés à In-Salah, Tamanrasset et In-Guezzam, où leur est assurée une prise en charge de leurs besoins essentiels’’.