MAGHREB
13/08/2013 10h:53 CET

Réelection de Robert Mugabe à la présidence du Zimbabwe

Whale
Robert Mugabe

A 89 ans, le plus vieux chef d’Etat en exercice, Robert Mugabe, a été réélu le 31 juillet 2013 au poste de Président de la République zimbabwéenne, Etat classé par The Economist dans la catégorie des régimes autoritaires en 2011, avec un indice de 2,68 sur une échelle allant de 0 à 10. L’autocrate, qui tient les rênes du pays depuis le début des années 80, rempile pour un 6ème mandat présidentiel, qui lui assure de rester au pouvoir jusqu’à 94 ans.

M. Mugabe a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle dès le premier tour avec 61% des voix. Son parti, l’Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (ZANU-PF) a également remporté les élections législatives.

Son principal rival, le Premier ministre sortant Morgan Tsvangirai, a officiellement obtenu 34% des voix. Il a dénoncé, avant même la proclamation des résultats, des élections “illégales”, qu’il a promis de contester en justice.

"De bonnes élections"

Le groupe des observateurs de l’Union Africaine (UA) a reconnu un certain nombre d’irrégularités.

8,7 millions de bulletins ont été imprimés pour 6,4 millions d’inscrits. De nombreux électeurs n’ont pas pu voter, leurs noms ayant disparu des listes, et, à l’inverse, d’autres noms étaient présents plusieurs fois (750 000 électeurs absents des listes et 870 000 noms inscrits en double, selon M. Tsvangirai). En connaissance de cause, l’UA a tout de même cru bon de juger que les élections s’étaient déroulées de manière “libre, crédible et transparente”.

D’autres éléments que les observateurs de l’UA n’ont pas relevés renforcent cependant l’idée d’une élection totalement truquée. La liste électorale de 6,4 millions d’électeurs datait de 2008. N’ayant pas été actualisée depuis, les 2 millions de nouveaux jeunes électeurs majoritairement acquis à M. Tsvangirai n’y figuraient donc pas. Cette liste comprenait en revanche plus de 100 000 centenaires, résultat paradoxal pour un pays dont l’espérance de vie est de 54 ans.

La revanche de Bob

Le Zimbabwe avait frôlé la guerre civile en 2008, lorsque les partisans de Mugabe, inquiets par l’avance qu’avait prise M.Tsvangirai au premier tour des élections présidentielles, s’étaient déchaînés sur les soutiens de ce dernier, causant près de 200 victimes. Face à un tel carnage, Morgan Tsvangirai avait renoncé à briguer la présidence, en échange d’un partage du pouvoir imposé par la communauté internationale. Au grand dam de Mugabe, il avait alors été nommé au poste de Premier ministre dans un gouvernement de coalition.

Pour Mugabe, le temps de la revanche est bel et bien arrivé. Le vieux dictateur, célèbre pour ses endormissements soudains en plein discours, n’a rien perdu de sa verve et de son agressivité. Lui qui, avant les élections, comparait Tsvangirai à "un chien lâche dénué d’instinct de tuer", a invité ses opposants, dans son premier discours suite à sa réélection, à aller se faire pendre.

Gageons que ce dinosaure politique poursuivra sa carrière sans fin comme il l’a toujours menée, dans la violence et dans l’excès.