MAROC
12/04/2018 12h:17 CET | Actualisé 24/05/2018 14h:28 CET

Real-Juventus: Une fausse déclaration de Medhi Benatia devient virale

Non, il ne pense pas du bien de ce penalty.

Chris Brunskill Ltd via Getty Images

FOOTBALL - Une déclaration supposément donnée par le Marocain Medhi Benatia à la chaîne beIN Sports, et dans laquelle il aurait réagi de manière très fair-play après la défaite de la Juventus face au Real Madrid, hier soir en Ligue des Champions, est devenue virale sur Twitter. Sauf qu’en réalité, elle est fausse, révèle le site espagnol Genbeta, qui relève par ailleurs que la photo de Medhi Benatia utilisée dans le tweet est ancienne et daterait de 2014, lorsqu’il jouait encore sous les couleurs du Bayern de Munich.

Retweeté plus de 3700 fois, le tweet en question indique que Benatia aurait déclaré: “J’ai légèrement poussé et touché Vázquez dans le dos, mais j’espérais qu’il ne tombe pas. Au final, si cela arrivait à un des nôtres, nous aurions également crié pour réclamer un pénalty, le football c’est comme ça parfois”.

Une réaction qui semble sage et mesurée après la faute sifflée par l’arbitre sur Vàzquez et qui a offert au Real Madrid le penalty de la victoire... et un carton rouge pour son coéquipier Gigi Buffon qui jouait, hier, probablement son dernier match en Ligue des Champions. 

Pourtant, si le défenseur de la Juventus de Turin et capitaine des Lions de l’Atlas s’est bel est bien prononcé devant les caméras de la chaîne sportive, c’est non pas pour confesser une faute mais bien pour exprimer son dégoût face à cette victoire du Real que beaucoup considèrent comme volée. 

Devant le micro de Anne-Laure Bonnet, le Marocain a ainsi eu une toute autre réaction, et pas des plus tendres. “Je suis dégoûté, de plus en plus, de ce monde du football. Ça peut paraître dur ce que je dis, mais quand tu fais des efforts comme ça, un arbitre ne peut pas se permettre de donner un penalty comme ça à la 93e minute et de plomber les espoirs des gens. Si jamais j’avais fait faute je l’aurais dit. J’ai tout fait pour ne pas le toucher. Jamais je n’ai été faire une poussette. C’est grave, très grave”, avance-t-il, visiblement écoeuré. 

“C’est un viol”

Semblant mal digérer la défaite, le joueur a osé une comparaison hasardeuse dans une autre déclaration post-match, assimilant l’arbitrage du match à un viol. “C’est un viol, qu’est ce que tu veux que je dise, c’est un viol (...) C’est dur, on a l’impression ce soir que vraiment on s’est fait violer, comme l’an dernier ils ont violé le Bayern Munich sur deux ou trois buts hors-jeu si je ne me trompe pas, c’est toujours la même histoire qui se répète. C’est une très grande équipe le Real, ce n’est pas pour rien qu’ils ont gagné tout ça, je pense qu’ils n’ont pas besoin de ça. Tout le monde sait que ce match devait aller en prolongation et le meilleur l’aurait emporté. Le premier sentiment qui domine, c’est de la haine, de la tristesse”, a-t-il déclaré dépité au micro de RMC Sport

Malgré une lourde domination à domicile de la Juventus de Turin (1-3), le Real Madrid a réalisé l’impensable grâce à un pénalty signé Ronaldo à la 97e minute de la rencontre, au bout du temps additionnel. Un tir “miraculeux” qui a offert aux madrilènes un ticket pour les demi-finales de la Ligue des Champions.