ALGÉRIE
10/04/2019 12h:39 CET

Rapport Amnesty Internationale: une seule condamnation à mort en Algérie en 2018

Dans son rapport annuel sur la peine de mort, Amnesty International relève une chute du nombre de condamnations à mort en Algérie en 2018.

seechung via Getty Images

Dans son rapport annuel sur la peine de mort, Amnesty International relève une chute du nombre de condamnations à mort en Algérie en 2018. « Nous observons une nette tendance à la baisse des condamnations à mort durant ces dernières années en Algérie », affirme l’organisation internationale dans son rapport.

Amnesty Internationale relève une seule condamnation à mort prononcée en 2018 soit le chiffre le plus faible enregistré depuis au moins dix ans.  « 27 personnes avaient été condamnés à mort en 2017, contre 50 en 2016 et 62 en 2015. » a affirmé Hassina Oussedik Directrice d’Amnesty International Algérie qui demande aux autorités algériennes d’abolir la peine de mort définitivement.

« L’Algérie est l’un des pays parrains de la résolution des Nations-Unies appelant à l’instauration d’un moratoire universel sur les exécutions. A ce titre, nous appelons les autorités à abolir définitivement cette peine inhumaine, discriminatoire, injuste et inefficace » a déclaré Hassina Oussedik, Directrice d’Amnesty International Algérie.

L’organisation internationale reste, cependant, préoccupée par la forte hausse du nombre de condamnations à mort prononcées dans certains pays au cours de l’année. C’est le cas en Irak où le nombre a quadruplé, passant d’au moins 65 en 2017 à au moins 271 en 2018.

En Égypte, le nombre de condamnations à mort a augmenté de plus de 75 %, passant d’au moins 402 en 2017 à au moins 717 en 2018. Mais globalement, les statistiques pour l’année 2018 montrent que la peine de mort est résolument en recul, et que des mesures concrètes sont prises partout dans le monde pour mettre fin à ce châtiment cruel et inhumain.

À la fin de l’année 2018, 106 pays avaient aboli la peine de mort dans leur législation pour tous les crimes, et 142 étaient abolitionnistes en droit ou en pratique.